Psychiatrie et santé mentale : "On s’occupe de la souffrance psychique"

Les Assises de la santé mentale et de la psychiatrie très attendues par les professionnels se tiennent pendant deux jours. Maurice Bensoussan, psychiatre, président du syndicat des psychiatres français et du Conseil national professionnel de psychiatrie, était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 27 septembre. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Thumbnail
La psychiatrie et la santé mentale sont l'un des premiers postes de dépenses de santé du pays. ©AFP

Psychiatrie et santé mentale : 12 millions de Français concernés

Les Assises de la santé mentale et de la psychiatrie très attendues par les professionnels, se tiennent pendant deux jours. Plusieurs psychiatres dénoncent dans une tribune un manque de moyens et l’inflation de pratiques médicales controversées, comme l’isolement et la contention physique. Que se passe-t-il dans le secteur de la santé mentale et de la psychiatrie ?

On a le sentiment que l’on manque de moyens face à une population qui souffrent de troubles. On parle en effet de 12 millions de Français concernés, notamment du fait de l’épidémie de Covid. "Je crois que la question de la santé mentale, de la souffrance psychique nécessitent beaucoup de moyens, estime Maurice Bensoussan, Président du syndicat des psychiatres français. C’est un des premiers postes de dépenses de santé du pays."

 

Psychiatrie et santé mentale : "Les jeunes médecins ne cherchant pas que l’aspect lucratif"

Qu’attend le président du Conseil national professionnel de psychiatrie de ces assises ? "Je crois que c’est un temps d’échanges, explique-t-il. Un point sur les mesures prises et à mettre une place pour l’avenir, et pour continuer sur la voie d’une modernisation de la pratique de la psychiatrie et l’amélioration de la santé mentale de la population." Quid du sujet du remboursement de certaines consultations ? "C’est la question des psychologues. Là-dessus, nous avons bien avancé, détaille Maurice Bensoussan, par ailleurs président du syndicat des médecins libéraux de Haute-Garonne (SML 31). Des expérimentations sont en place. Des pratiques collaboratives vont être proposées dans le cadre d’un parcours de soins, avec la possibilité de solvabiliser des démarches vers des psychologues."

Psychiatre ou psychologue, y-a-t-il souvent confusion ? "Oui, il y a peut-être une nécessité de pédagogie pour préciser que ce sont deux professions différentes qui s’articulent." Dans les hôpitaux, est-ce un peu le parent pauvre, les étudiants préférant aller vers des voies plus lucratives que la psychiatrie ? "Il y a une vraie nécessité de stimuler l’attractivité du métier, les jeunes médecins ne cherchant pas que l’aspect lucratif, tempère Maurice Bensoussan, président du syndicat des psychiatres français. Il y a une pénibilité, des responsabilités. On s’occupe de la souffrance psychique. Cela suppose une certaine motivation, un certain souci de l’autre, une implication personnelle. Tout cela, ce sont des choix, pour des pratiques où il pourra donner le meilleur de lui-même."

 

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !