Pourquoi Trump menace-t-il le vin français ?

Philippe Brel, directeur général d’Estandon Coopérative en Provence, et membre du bureau du Conseil Interprofessionnel des Vins de Provence (CIVP),  était "L’invité de l’actu" dans la matinale de Sud Radio du 14 novembre, animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Thumbnail

Les tweets menaçants du président américain inquiètent la profession viticole. Alors que la moitié du vin rosé de Provence s'exporte aux États-Unis, Donald Trump voudrait-il taxer davantage les vins français ?

"Le rosé de Provence plaît aux Américains"

"Nous ne voyons pas de quelle taxe à l’importation Donald Trump parle sur les vins américains, avoue Philippe Brel. Il existe des taxes à la consommation, variables selon les pays européens. En France cela représente 3 centimes par bouteille, pour les vins Français comme pour les vins importés. C’est très modeste et ne joue pas contre la concurrence."

Mais alors, pourquoi s’en prendre au vin? Parce que son fils possède des vignobles en Virginie ? "Je n’ose penser qu'il confond intérêts privés et tâches de chef d’État ! Il existe déjà des taxes aux USA, de 4 dollars par caisse de 12 bouteilles. Il peut avoir envie d’augmenter ses taxes pour améliorer le budget fédéral.." Mais au-delà, les vins constituent le symbole du savoir-faire français.

"Et le succès des vins rosés de Provence, dont les ventes ont explosé aux USA. Nous sommes passés à 120 millions d'euros par an, avec des ventes en hausse de 30% en 2017 et de 20% en 2018. Si des taxes devaient augmenter, cela ne va pas beaucoup renchérir nos vins sur le marché américain. Le rosé de Provence plaît aux Américains. Ce n’est pas pour quelques cents de plus qu’ils vont arrêter d’en boire !"

Cliquez ici pour écouter "L’invité de l’actu" avec Cécile de Ménibus et Patrick Roger en podcast

Retrouvez "L’invité de l’actu" du lundi au vendredi à 8h10 sur Sud Radio dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger. /Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !