"Pour les personnes électro-sensibles, le compteur Linky va être un enfer total"

Certaines personnes restent attachées à l'ancien compteur d'électricité (@PHILIPPE HUGUEN - AFP)

Habitante de Béziers, Laurence Tramaux, refuse l’installation «forcée» du compteur Linky et a engagé un bras de fer avec Enedis sur cette question. Elle était l’invitée du Grand Matin Sud Radio.

Censé moderniser le relevage de la consommation d’électricité en France, le compteur Linky ne fait pas que des heureux en France, loin de là. Alors que son aspect nocif pour la santé fait beaucoup parler, Laurence Tramaux, habitante de Béziers, refuse l’installation de ce compteur chez elle. Invitée du Grand Matin Sud Radio ce mercredi, elle explique pourquoi. "Il y a tout un tas de raison, mais évidemment la raison sanitaire en premier lieu. Je suis maman d’un petit enfant de huit ans, et le CPL (Courant Porteur en Ligne) qui va être injecté pour que le compteur puisse communiquer avec les centrales d’EDF émet des ondes reconnues comme étant nocives pour la santé", assure-t-elle, pointant notamment "l'énorme décalage" entre les normes européennes et les normes issues d’études de scientifiques indépendants.

"Il y a trois ans, je n’y connaissais rien, comme la plupart des gens puisque personne n’est informé par les pouvoirs publics. Mais je me suis retrouvée à aller chercher mon petit garçon à la sortie de l’école, et une association locale de protection anti-ondes m’a informé qu’une compagnie des eaux, qui installait aussi des compteurs communicants de ce type dans toute la ville, avait mis en place une antenne-relais à l’intérieur de l’école, sur la cloison de la classe de mon enfant, à hauteur de tête d’enfant", explique-t-elle.

"Pour l’instant, le droit est du côté d’Enedis, mais..."

Pour autant, pas facile de lutter contre un géant comme Enedis qui semble bénéficier de surcroît de l’appui des pouvoirs publics. "Légalement, c’est très compliqué (Ndlr : de refuser d’installer le compteur Linky) puisque la cause a été déclarée obligatoire par l’Assemblée nationale en 2015, mais depuis la justice revient régulièrement sur cette décision car ça a fait un tollé général. Il y a des personnes électro-sensibles en France et pour elles, ça va être un enfer total ! (…) Pour l’instant, le droit est du côté d’Enedis, mais la jurisprudence reconnaît de plus en plus aux gens le droit de refuser ce compteur à titre individuel", se réjouit-elle. Quant aux conséquences de ce refus, Laurence Tramaux se veut optimiste. "La Commission de régulation de l’énergie est en train d’étudier ce qui se passe en cas de refus. Pour l’instant, il n’est évidemment pas question de couper le courant aux gens, mais simplement de facturer le passage du monsieur qui sera obligé de venir relever le courant deux fois par an, comme ils l’ont toujours fait", dit-elle.

Sans surprise, Enedis a bien essayé de la faire changer d’avis. En vain. "Ils m’ont harcelé de coups de téléphone, envoyé des SMS et des courriers. Dans le premier courrier, ils me disent que le compteur Linky c’est super et que je vais faire des économies. Ils me disent en plus que je serai maître de mon énergie, mais c’est exactement le contraire ! C’est EDF qui devient maître de l’énergie en pouvait piloter à distance le réseau ! En période de grand froid, ils pourraient vous couper le chauffage pendant une heure s’ils n’ont pas de quoi fournir tout le réseau… C’est n’importe quoi, c’est le monde à l’envers, on marche sur la tête !", s’exclame-t-elle.

"Un flicage terrible"

"Certains disent que je suis moyenâgeuse et que je me chauffe à la bougie, ce n’est pas vrai du tout ! Je ne suis pas contre le progrès, il faut simplement savoir où on met les pieds… Une fois que les gens ont vraiment conscience du danger, ils changent d’avis. Et il n’y a pas que les ondes, il y a tout un tas d’inconvénients, avec les données personnelles par exemple ce sera un flicage terrible", conclut-elle.

Réécoutez en podcast l’interview de Laurence Tramaux dans le Grand Matin Sud Radio

 

Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

RICHARD
- Mercredi 11 octobre 2017 à 14:38
J'ai refusé linky mais le cpl rentre quand même dans ma maison et je suis à la bougie depuis février 2017 tant ça me rend malade. Nous sommes 3 familles dans ce cas dans ma petite ville d'Auvergne. Je n'arrive à garder que la chaudière , le frigo et la boxe fibre sans wifi ni dect . Ordi portable sur la batterie uniquement. Des milliers de personnes sont déjà impactées ou devenues EHS
Lau
- Jeudi 12 octobre 2017 à 07:10
Il n'y a pas d'ondes venant du compteur Linky, juste un champ électromagnétique comme pour tout appareil électrique, équivalent à l'ancien compteur avec ou sans fonctionnement du CPL. Cela ne devrait donc rien changer pour les électrosensibles.
De plus, l'effacement (coupure de chauffage) ne peut se faire que sur du volontariat. Et en une heure, la maison n'a absolument pas le temps de refroidir. Pour les données, Enedis indique qu'elles appartiennent à l'usager et ils sont contrôlés par la CNIL. Ils possèdent déjà de nombreuses données (tarifs, fournisseurs, adresses, numéro de téléphone...) et ne les fournissent pas aujourd'hui à des tiers. Pas de raison que cela change.
Pierre Dubochet
- Jeudi 12 octobre 2017 à 11:44
Bonjour,
Comme il est étrange de lire, en tant qu'expert scientifique en pollution électromagnétique, indépendant et sans conflit d'intérêts, les communications faites autour des compteurs communicants. Pourquoi tant de mensonges, pourquoi tant d'omissions, pourquoi tant d'inexactitudes? Les compteurs improprement appelés «intelligents» créent un important courant sale (spécialement des hautes fréquences transitoires), connu pour être nocif avec des preuves circonstancielles de cancer (American Journal of Industrial Medicine 2008).

L’électricité du réseau a une tension de 230 V et une fréquence de 50 Hz d’un fondamental sinusoïdal sans harmonique. Tout ce qui s'ajoute sur cette sinusoïde constitue du courant sale. Le courant sale peut contribuer à des niveaux élevés de sucre dans le sang chez les diabétiques et les prédiabétiques (Havas 2008). Ce courant sale est très difficile à neutraliser, contrairement à ce qu'affirment certains vendeurs de filtres électriques opportunistes.

Au début des années 2000, les grands fabricants -Siemens, Ascom, Polytrax, RWE- avaient renoncé au courant porteur en ligne (CPL) en raison des interférences qui constituaient des «problèmes techniques insurmontables». Chaque système ajouté devait émettre fortement pour que son signal soit reçu à distance sans erreur, parmi tous les signaux existants.

Depuis, les onduleurs solaires, les systèmes à induction, le CPL pour internet, les alimentations à découpage, les ampoules économiques, les éclairages LED, les commandes à découpage de phase se sont multipliés de manière incroyable. Le réseau 230 V est beaucoup plus chargé en électricité sale aujourd'hui que vers l'an 2000. Le bruit de fond moyen s'élève actuellement au-delà de 150 dBµV (45 V) dans les réseaux domestiques privés. Les signaux à transmettre doivent se distinguer de tout ce bruit sur les réseaux de distribution entre compteurs dits «intelligents» et concentrateurs de données. Soit les fréquences étaient basses et se situaient dans ces zones très chargées en signaux parasites, soit la fréquence devait s'élever à plusieurs MHz, mais alors les hautes fréquences faisaient naître toute sorte d'autres problèmes.

Les industriels ont développé des normes pour les gammes de fréquences basses comme celles des compteurs dits «intelligents» (EN55011 à 55022) et pour tenter de contrer les difficultés de transmissions sur le réseau encombré... les normes n'imposent pas de limite de tension parasite! Les industriels peuvent aujourd'hui fabriquer des appareils qui génèrent des pics de tension extrêmement brefs à des tensions très élevées. On mesure des pics de plus de 5000V par microseconde sur les réseaux. Ces pics qui se mesurent plusieurs fois par minute sont extrêmement nocifs pour le vivant, sans le moindre doute possible. Par ailleurs, les condensateurs et les semi-conducteurs peuvent claquer avec de tels pics de tension, car ces composants sont calculés pour résister jusqu'à 400 V.

L'électricité sale est nocive pour le vivant, sans le moindre doute possible. Pour autant que l'on puisse s'exprimer et écouter de manière scientifique et sans conflit d'intérêts... ce qui n'est pas facile quand tant d'enjeux économiques en dépendent.

Salutations conviviales, Pierre Dubochet, en Suisse
dario
- Jeudi 12 octobre 2017 à 19:27
Bonjour
vous trouvez que les compteurs produisent un courant important sale est-ce que vous savez que le Criierem le Cstb et l'Anses ont déja produit des rapports de mesures qui n'apportent rien de grandiose , contactez ces entreprises et signalez leur que leurs relevers de mesures sont faux et présentez leur les votres. Les parasites sont de meme niveau et existent depuis toujours. Si l'électricité sale était aussi nocive que vous le dites la terre serait dépeuplée à l'heure actuelle,
Langevin
- Vendredi 13 octobre 2017 à 10:02
Etat des connaissances scientifiques de " l’électrosensibilité " :
-Conclusion de l’OMS, aide mémoire 296 : " Des études bien contrôlées et menées en double aveugle ont montré que ces symptômes n’étaient pas corrélés avec l’exposition aux CEM ".
-Conclusion de l’Agence Sanitaire de la Commission Européenne, rapport SCENIHR 2015 p143 " RF EMF exposure is not the cause of these symptoms ".
-Conclusion du rapport Afsset 2009 p304 « aucun auteur n’a apporté la preuve d’une relation de causalité entre cette exposition et l’EHS.

PS : Le compteur Linky ne contient aucun émetteur radio. Son rayonnement parasite ( comme tout courant alternatif, dont le 240V...) . est100 fois inférieur à la norme à 20cm.
Pierre Dubochet
- Vendredi 13 octobre 2017 à 15:20
Dario,

Manquez-vous à ce point de courage pour décliner votre véritable identité ?

«Vous trouvez que les compteurs produisent un courant important sale.»

Je ne trouve pas. Je mesure et je compare aux lignes directrices de l’Académie Européenne de Médecine Environnementale (https://europaem.eu).

«Est-ce que vous savez que le Criierem le Cstb et l'Anses ont déjà produit des rapports de mesures qui n'apportent rien de grandiose.»

Le personnel affilié à l’Anses souffre largement du fléau que représentent les conflits d’intérêts. Il ne démontre pas être une source fiable. L’Anses a produit des rapports incomplets sur les compteurs communicants lesquels ne permettent pas de tirer des conclusions scientifiques sur les risques. Du reste, dans son rapport tronqué, l’Anses conclut à une faible probabilité d’effets sanitaires à court ou long terme.

Dario, en étant soumis au champ électromagnétique d’un compteur communicant, vous avez selon l’Anses une faible probabilité d’avoir un effet sanitaire. Par exemple, n’importe quelle maladie neurodégénérative vingt ou trente ans avant, en l’absence de ce risque. Vous acceptez ce risque ?

Le rapport du CSTB «met en évidence des durées d’exposition plus longues que celles initialement attendues.» Or, l’exposition aux champs électromagnétiques et la corrélation avec la notion de temps sont deux facteurs déterminants. C’est scientifiquement prouvé depuis les années 1970.

Le Criirem, dans sa communication du 13 juin 2017, attend la mise en place d’une commission invitant toutes les parties concernées pour produire enfin des documents fiables, grâce à la collaboration d’industriels et de représentants d’associations sans lien d’intérêts. La demande est pendante à l’ADEME (https://www.criirem.org/autres-emetteurs/point-compteur-linky).

L’exposition actuelle est sans comparaison possible avec l’exposition à venir, puisque le but avoué des compteurs communicants est de devenir le cœur domotique de la maison du futur («smart building»), qui recevra et transmettra en permanence des données sur tous les appareils électrodomestiques. Quelques preuves :

• «L’installation des compteurs communicants bénéficiera à l’ensemble de la filière électrique» (signature convention EDRF-ADEME, 9 juillet 2015).

• La finalité est d’obtenir un maximum de données, volume qui grandira sans cesse grâce à «une solution évolutive par mise à jour à distance (Over The Air)».

• Un label officiel «Linky Ready» est à l’étude.

Nul ne peut prédire aujourd’hui la densité de communication des compteurs communicants en 2027, puisque l’infrastructure prévoit la communication entre les compteurs. Les mesures actuelles minorent le risque, qui sera sans cette croissant.

«Si l'électricité sale était aussi nocive que vous le dites, la terre serait dépeuplée à l'heure actuelle».

Au cas où vous m’auriez mal interprété, aucune des références solide que je cite dit que l’électricité sale tue. On sait depuis les années 1950 que les ondes électromagnétiques sont dégénératives entre autres pour le système nerveux (Biologic Effects and Health Hazards of Microwave Radiation, OMS 1973 ; Cahier n° 16 de la Série des Critères d’Hygiène de l’Environnement, OMS 1981, etc.).

Une personne sur huit en Europe est concernée par les maladies du système nerveux (OMS, EBC [European Brain Council], INSERM, ICM, FRC [Fédération pour la Recherche sur le Cerveau], UNAFTC). 1/3 de la population européenne – soit 179 millions d’individus – est touché par au moins un trouble du cerveau.

Le degré d’atteinte sanitaire face au rayonnement est lié à des aspects génétiques (Jean-Pierre Maschi, 1965). Vous saurez si les ondes vous ont atteint sur le plan sanitaire après… un certain temps. Personne ne peut anticiper ce qui pourrait vous arriver personnellement, Dario.

Je vous souhaite de ne pas faire partie des concernés.

Pierre Dubochet, en Suisse
Pierre Dubochet
- Vendredi 13 octobre 2017 à 16:59
Bonjour Langevin,

Encore un anonyme…

Vous citez l’OMS. Très bien. Moi aussi :

Cahier n° 16 de la Série des Critères d’Hygiène de l’Environnement, OMS 1981, chapitre 8.1 , exposition à de faibles niveaux de micro-ondes : «Les symptômes dont font état les personnes exposées consistent en céphalées, irritabilité, troubles du sommeil, asthénie, baisse de l’activité sexuelle (affaiblissement de la libido), douleurs thoraciques et sentiment général de mauvaise santé mal défini».

Biologic Effects and Health Hazards of Microwave Radiation, OMS 1973, exposition à de faibles niveaux de micro-ondes : «des changements ont lieu dans les fonctions du système nerveux, cardiovasculaire et d’autres de l’organisme conduisant à des symptômes caractéristiques complexes. C’est une forme distincte de maladie professionnelle» (p.261). «Les observations cliniques et électroencéphalographiques montrent que les structures profondes du cerveau – en particulier l’hypothalamus – ont été impliquées dans les processus pathologiques.»

Il n’y a aucune raison en 2017 de s’interroger sur les effets de l’exposition aux microondes, tout est reconnu depuis des dizaines d’années. Seuls les mécanismes d’interaction avec le vivant restent inconnus. Les lobbys industriels profitent de cette absence de preuve pour entretenir le mythe de non-causalité entre pathologies neurodégénératives et expositions. Certains documents ne sont rédigés que pour retarder les procédures visant à mettre en œuvre l’acte législatif.

Vous citez un dossier du SCENIR. Il a fait l’objet d’une plainte collective auprès de la médiatrice européenne Emily O'Reilly, entre autres parce que le groupe d’experts est «quasi monolithiquement composé d’experts électrosceptiques mais encore, il est entaché de nombreux conflits d’intérêts constitués par des liens directs avec les milieux industriels» selon les plaignants https://www.google.ch/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=6&ved=0ahUKEwjHzNuPqO3WAhWPYlAKHck3ACwQFghUMAU&url=http%3A%2F%2Fwww.priartem.fr%2FIMG%2Fpdf%2FLettre_31-Def.pdf&usg=AOvVaw3HADmyWZPHd8neHYXsdJZH

— «Le compteur Linky ne contient aucun émetteur radio».

Le consortium Smart Electric Lyon qui réunit EDR, ERDF/Enedis et une vingtaine d’industriels, à l’origine de l’ERL, l’Émetteur Radio Linky informe : «L'ERL est la passerelle de communication qui permettra l'accès sans fil de tous les équipements du foyer aux données du compteur Linky, informations de consommation et de pilotage». Linky peut émettre sur les fréquences 2,4 GHz (ZigBee) et 868 MHz (KNX RF1.M).

Pourquoi tant de mensonges, pourquoi tant d'omissions, pourquoi tant d'inexactitudes, Langevin?

Pierre Dubochet, en Suisse
Langevin
- Samedi 14 octobre 2017 à 19:10
M. Dubochet
Inexactitude ? L'état des connaissances scientifiques actuel est rigoureusement ce que j'ai cité et vérifiable. Cet état s'appuie sur des méta-analyses, c'est à dire la prise en compte et l'évaluation de toutes les données disponibles. Bien entendu, c'est votre droit de ne pas en tenir compte. Par contre, les arguments que vous avancez en réponse sont pour le moins surprenants. Pourquoi sur les ondes et la santé vous contentez vous d’un état des connaissances aussi daté ? Les documents anciens que vous citez ne sont pas formellement en contradiction avec les données actuelles qui montrent que les expositions aiguës ( fortes ) aux ondes peuvent être dangereuses, raison pour laquelle il existe des limites d’exposition pour toutes le spectre radioélectrique avec deux courbes, l’une pour les professionnels, l’autre pour le public.
dario
- Mercredi 18 octobre 2017 à 20:11
Mr Dubochet
Le sujet de l'article traite du CPL c'est à dire des fréquences jusqu'à 95 KHZ donc rien à voir avec les micro ondes ou la haute fréquence. Le dernier rapport du ministere de l'environnement de janvier précise à nouveau les valeurs de tension mesirées à 20 cm du compteur ( 4 volts max) à 1 metre ce n'est plus mesurable. Je me contente de ces chiffres , si vous en avez d'autres faites nous le savoir cela interressera tout le monde. Je vous rappelle que l'Italie est équipée de ces compteurs depuis 2000 donc 17 ans que cela tourne et aucun scandale sanitaire. Le module ERL est une option (payante) qu'on installe ou pas . Peut-etre dans 20 ans elle sera obligatoire, entre temps EDF aura plus de chance de faire sauter un réacteur nucléaire Aucune étude n'a prouvée quoi que ce soit sur l'electrosensibilité liée au CPL inutile de noircir le tableau.
Pierre Dubochet
- Mercredi 18 octobre 2017 à 23:23
Bonjour Langevin,

Vous citez une partie de l'opinion scientifique, celle en conflit d'intérêts. Je cite la science indépendante. Les lecteurs choisissent.

- Pourquoi sur les ondes et la santé vous contentez-vous d’un état des connaissances aussi daté ?

Pour informer le lecteur sur le risque d’exposition au rayonnement à faible intensité, à faible intensité comme je l'ai écrit le 13 octobre.

Une de ces anciennes études citée par l'OMS portant sur plus de mille personnes révèle l'action dégénérative sur le système nerveux de champs à moins de 6 V/m. Le lecteur peut le vérifier de lui-même en surfant sur le net. Une puissance faible peut par exemple détruire la myéline.

Pour info, la 3G peut exposer l’utilisateur à plus de 40 V/m, le GSM 1800 à plus de 100 V/m, le GSM 900 à 150 V/m, le Wi-Fi à 35 V/m.

Le médecin Erwin Schliephake décrit les symptômes - épuisement, problèmes de sommeil, maux de tête intolérables, haute susceptibilité aux infections - ressentis par ses patients bordiers d’antennes radio exposés à des champs faibles dans le Deutsche Medizinische Wochenschrift en août 1932.

La science a démontré que le rayonnement radiofréquence émis à des puissances rayonnantes faibles est nocive. Quelle que soit la fréquence, et surtout à des fréquences assez basses, plus facilement compatibles avec le fonctionnement de nos cellules biologiques (ou alors, des hautes fréquences, pulsées à basse fréquence).

Et puis, au des années 1980, la téléphonie cellulaire de Motorla est arrivée. Des scientifiques se sont laissé acheter, les études ont commencé à ne plus refléter la connaissance scientifique. On a fermé le labo de ceux qui ont résisté, certains ont connu les pires ennuis professionnels (ex. le Dr. George Carlo, Madeleine Bastide, et tant d'autres).

Pierre Dubochet, en Suisse
Pierre Dubochet
- Mercredi 18 octobre 2017 à 23:30
Bonjour Dario,

Vous y croyez, vous, à 35 millions de compteurs qui ne transmettent qu'avec du CPL? Les experts n'y croyaient déjà pas il y a 15 ans. Alors aujourd'hui...

Pour info, une émission à 95 kHz est une radiofréquence qui n'a, physiquement et biologiquement, rien à voir avec le 50 Hz du réseau. C'est un nouveau risque.

Les émetteurs radio dans des fréquences proches ont causé bien des tracas aux bordiers (CF émetteur de Schwartzenburg en Suisse avec 4 V/m; deux responsables de radio Vatican ont été condamnés à 15 jours d’emprisonnement à cause des nuisances, etc.).

Je vous assure que, pour la mesure que vous dites, 4 V/m à 20 cm du compteur, le champ se mesure facilement à plusieurs mètres de distance à travers un mur bien épais, ou il est encore nocif.

Mettez 300 compteurs qui émettent toutes les quelques secondes dans un quartier, et vous verrez des points chauds par endroit, difficiles à prévoir.

Partout où ces compteurs ont été installés, on a constaté un abaissement du seuil de développement des symptômes des gens, à cause de rayonnements particuliers.

Les autorités sanitaires n'ont aucune preuve de l'innocuité de ces appareils. Aucune étude scientifique n'a été réalisée sur leurs effets sanitaires. Chaque type de rayonnement, chaque fréquence peut avoir, ou non, des effets biologiques / sanitaires. Surtout, chacune s'ajoute aux fréquences existantes.

La seule solution serait de mettre partout des câbles blindés. Ou alors, de faire une connexion du compteur sur un réseau par fibre optique.

Pierre Dubochet, en Suisse

Alex Nees
- Mardi 14 novembre 2017 à 12:23
Il est évident que le Linky émet un message. De fortes accouphènes pulsatiles se déclenchent dès que je suis en sa présence et sont réduites de 90% à la minute même où je le neutralise à l'aide d'aluminium. On parle d'expérimentation, alors allons-y. Ceci est un fait. On nous ment à des fins commerciales et peut être plus perverses que je n'osent envisager... Il est temps de se bouger.
catherine REBOUR
- Dimanche 19 novembre 2017 à 11:35
un message pour pierre dubochet qui me lira ,j'espère rapidement
merci à vous pour votre témoignage contre le compteur linky
je fais partie de l'association AALGA créée en juillet2017
nous essayons de sensibiliser les habitants de RENNES METROPOLE 35 à ce fléau en organisant des conférences- débats et en distribuant des tracts d'information ; mais ENEDIS se dépêche de procéder à l'installation de ce compteur avant qu'on ait le temps de préparer les habitants à s'opposer à cette société !j'attends votre aide et vos conseils merci d'avance
catherine REBOUR
- Dimanche 19 novembre 2017 à 11:36
un message pour pierre dubochet qui me lira ,j'espère rapidement
merci à vous pour votre témoignage contre le compteur linky
je fais partie de l'association AALGA créée en juillet2017
nous essayons de sensibiliser les habitants de RENNES METROPOLE 35 à ce fléau en organisant des conférences- débats et en distribuant des tracts d'information ; mais ENEDIS se dépêche de procéder à l'installation de ce compteur avant qu'on ait le temps de préparer les habitants à s'opposer à cette société !j'attends votre aide et vos conseils merci d'avance
Gerard Bages .
- Vendredi 24 novembre 2017 à 11:13
Merci Mr Dubochet pour ces explications.Il semblerait que c'est l'installation intérieure qui se transforme en entene,ce dont ne parle jamais un pro-linky.D'autre part,la facturation EDF,se fera avec incidence du cos phi ce qui selon,les lois elecalternatif,augmentera la consommation facturée.De plus,n'importe équipement équipé életronique ,avec une petite puce en plus peu devenir générateur d'info. Pour moi,LINKY est
NEFASTE A LA SANTE,COMME AU PRTEFEUILLE.Il est la propriété des comunautes,et non d'Enedis,donc nous avons notre mot à dire,pour l'acceptation.

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio