Pollution à l'ozone : "Même la journée, on a du mal à reprendre la respiration"

Le pic exceptionnel de chaleur qui frappe la France et l'Europe a fait grimper les niveaux de pollution à l'ozone à des niveaux dangereux dans plusieurs régions.

canicule
Bien manger et bien s'hydrater en pleine canicule. (CRISTINA QUICLER / AFP)

L’épisode caniculaire ultra-précoce de ce mois de juin 2022 a fait augmenter la pollution à l’ozone dans plusieurs régions de France. Dans le Vaucluse et les Bouches-du-Rhône, les seuils sont critiques. La qualité de l’air est dégradée avec une alerte de niveau 1.

 

 

Pollution à l'ozone : "Ça sent très mauvais. J’ai le nez qui coule, les yeux qui piquent, du mal à respirer"

Les personnes souffrant de difficultés respiratoires sont particulièrement touchées. C’est le cas à Fos-sur-Mer où le thermomètre affiche 35 degrés et la chaleur est étouffante. Or, la ville est entourée d’une grande zone industrielle qui ne fait qu’empirer la situation. "Ça sent très mauvais. J’ai le nez qui coule, les yeux qui piquent, du mal à respirer."

"C’est une odeur chimique, qui prend au nez et à la gorge. Ça fait long ; et la chaleur, ça n’arrange rien", confie une habitante. "La nuit, c’est insupportable, ça sent le gaz. C’est vraiment irrespirable", se plaint une autre personne. "Même la journée, on a du mal à reprendre la respiration."

"On attend qu’il y ait du vent pour sortir"

Pour limiter les effets de la pollution à l’ozone, il convient de sortir le moins possible durant les heures les plus chaudes de la journée. Un conseil qui vaut surtout pour les personnes atteintes de difficultés respiratoires, comme Linda et sa fille : "ça commence par des maux de gorge, les yeux aussi qui piquent. Et même, pour moi, une difficulté à respirer". "Donc il ne faut pas faire vraiment de gros efforts à l’extérieur", explique Linda.

"On attend qu’il y ait du vent pour sortir", explique sa fille. "Mine de rien, le vent ça dégage la pollution." Autrement, les deux femmes restent tout simplement à la maison : "on évite de faire du sport, du footing, du vélo, tout ça".

 

Le pic de pollution à l'ozone n’est pas encore atteint

Pour Dominique Robin, directeur d’Atmosud, organisme de surveillance de la qualité de l’air, le pic de pollution n’est pas encore atteint. La situation va se dégrader encore avant une amélioration. "On attend, pour les jours à venir encore une augmentation des niveaux d’ozone dans l’atmosphère."

L’amélioration ne devrait survenir que ce week-end du 18 juin 2022 "pour lequel on attend le Mistral qui devrait chasser tout ça".

 

 

Aurélie

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !