Plus de trains, village coupé du monde… Le bilan des intempéries dans le Sud

Jean-Luc Gibelin, vice-président de la région Occitanie en charge des transports, et Gwendoline Chaudoir, maire de Portiragnes-Plage dans l’Hérault, étaient interviewés dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 25 octobre. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Thumbnail
Des pluies dantesques se sont abattues sur le sud de la France...

Dans le Sud, autour de Béziers et de Perpignan, les lignes ferroviaires sont interrompues. Le trafic des TER est complètement paralysé pour quinze jours du fait des dégâts sur les voies. Des rails sont parfois suspendus au-dessus du vide. Le trafic va rester interrompu jusqu’au 4 novembre entre Montpellier et Toulouse… Des solutions de substitution seront-elles proposées ?

 

Un trafic ferroviaire rétabli au 4 novembre

"Des solutions sont en train d’être mises en place, explique Jean-Luc Gibelin, vice-président de la région Occitanie en charge des transports. Aujourd’hui, des solutions de substitution par cars sont en train d’être proposées par la SNCF. En ce qui concerne la région, parce que ces solutions ne sont pas suffisantes et satisfaisantes, nous pensons aussi à mettre en place en supplément des transports interurbains. C’est toujours compliqué quand il y a des catastrophes, en plus en période de vacances scolaires. Les entreprises de transport scolaire ont accordé des congés à leurs chauffeurs. Ce n’est pas évident de trouver des effectifs pour assurer ces transports".

De qui est-ce la responsabilité, la région ou la SNCF ? "De la SNCF, rappelle Jean-Luc Gibelin. Nous considérons que ce travail n’est pas actuellement suffisant. Ce ne sont pas que les TER qui sont supprimés, ce sont toutes les liaisons ferroviaires, aucun train qui passe. C’est vrai pour les TGV, les Intercités, mais aussi les trains de fret. Ce qui nous a amenés à proposer que ces derniers partent de Sète et non plus de Perpignan".

Un village transformé en île

A-t-on une idée du temps nécessaire pour effectuer les travaux ? "Aujourd’hui les services y travaillent, détaille le vice-président de la région Occitanie en charge des transports. La région met la pression pour que le 4, la circulation puisse reprendre, si possible avant partiellement. Le noeud de Béziers est très important, mais il faut que la circulation soit remise en service en toute sécurité."

Au cœur des intempéries, il a même fallu faire appel à l’armée pour ravitailler Portiragnes-Plage, dans l’Hérault. "Aujourd’hui, nous retournons doucement à la normale après une journée où nous étions entièrement coupés du monde, explique Gwendoline Chaudoir, maire de Portiragnes-Plage. Le village était transformé en île. L’inondation a enfin pu s’écouler en mer, les vents ayant tourné. Toutes les pluies accumulées dans la plaine sont arrivées chez nous, coupant la station balnéaire du village. Nous avons déjà été affectés mais de façon beaucoup moins rapide. Là, ce sont vraiment des eaux de ruissellement qui ont déferlé". Hier matin, le courant était tellement fort que la maire du village a dû faire appel au commandant de gendarmerie de Béziers. "Il nous a envoyé des militaires et un engin tout terrain qui a permis d’effectuer des rotations toute la journée. Ce sont plus de 300 personnes qui ont ainsi pu traverser".

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !