Pas de trêve estivale pour la précarité: "Je suis passé de 60 à 127 bénéficiaires"

À Toulouse, les trois grandes associations caritatives, Secours Catholique, Restos du Coeur et Banque Alimentaire anticipent l’arrivée de l’été. Deux mois pendant lesquels les distributions alimentaires sont stoppées. En cause, les bénévoles prennent leurs vacances. Depuis le covid, ils sont en plus moins nombreux alors que la demande grimpe en flèche. C’est cet afflux qui inquiète les associations.

(Christophe ARCHAMBAULT / AFP)
Reportage Sud Radio de Christine Bouillot

 

Depuis le début de la crise sanitaire, le nombre de bénéficiaires d’une aide alimentaire a augmenté de 25 %. À l’approche de l’été, la tendance ne devrait pas s’inverser, et même au contraire, selon Andrew N’Guyen, qui s'occupe des grands précaires au Secours Catholique à Toulouse. "Je tournais jusqu'à présent à 60 bénéficiaires. Là, je suis monté à 127 pas plus tard qu'aujourd'hui !" Cet été, pas question de laisser les centres fermer. L’aide alimentaire aux personnes à la rue va être renforcée: trois sites de distribution de colis repas dès le 1er juillet, indique Dominique Ledoux, des Restos du cœur de Haute-Garonne.

"Là, on parle vraiment de grands précaires, de gens qui vivent à la rue. Voire même de retraités, des gens qui n'ont plus du tout les moyens de vivre normalement, même s'ils vivent chez eux, et qui viennent chercher des repas."

L’autre défi, trouver de nouveaux bénévoles pour aider. Il va y avoir besoin de bras, 60 personnes par jour pour bien fonctionner avec les contraintes sanitaires, explique Aurélie Racine, directrice de la banque alimentaire de Toulouse. "Sinon après on mobilise des bénévoles déjà très actifs, mais on les fatigue. Et après, faut réattaquer septembre, continuer les activités plus classiques de l'aide alimentaire. Donc on a besoin de nouveaux qui vont amener aussi leur fraicheur, leur dynamisme, leur entrain, leur envie. Parce-que c'est avant tout un grand moment de solidarité et d'humanité..." Chaque jour, 800 repas seront distribués aux plus démunis pendant l'été à Toulouse.

 

"Les autres étés hors covid, les gens arrivaient  ne serait-ce qu'à faire la manche... 6000 personnes en très grande précarité sur Toulouse: des gens sans domicile, ou des domicile dans lesquels ils ne peuvent pas faire la cuisine" - Dominique Ledouc des Restos du Coeur de Toulouse