Partout en France, un mardi noir dans les transports

Fabrice Michaud, secrétaire général de la CGT Transports, était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 10 Décembre. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

La grève dans les transports en commun s'installe.

Fabrice Michaud, secrétaire général de la CGT Transports revient sur la situation dans les transports dans l’ensemble des grandes villes, même si les blocages clés sont très franciliens.

 

Prendre en compte la pénibilité

"C’est vrai que l’on concentre toute l’actualité sur l’Île-de-France, commente Fabrice Michaud. Mais depuis le début du mouvement, le 5 décembre, un certain nombre de réseaux urbains ont débrayé, dans 66 réseaux de transports urbains et 80 réseaux de transports routiers voyageurs…" Quel est le motif de la grève, vu que ces salariés ne relèvent pas d’un régime particulier ? "Les revendications de la CGT se basent sur un régime unique pour tout le monde, avec prise en compte de la pénibilité. Le gouvernement cherche à nous enfermer dans la spécificité de certains régimes."

Pour les personnes qui travaillent dans ces transports, quelle est leur situation, à quel âge partent-ils en retraite ? "Les réseaux de transports urbains sont soumis au même régime que tous les Français, explique le secrétaire général de la CGT Transports. Nous revendiquons la reconnaissance de la pénibilité pour le transport urbain et les activités de déchet."

Reste sur le système actuel

Cette notion de pénibilité est-elle une notion clé, alors que le gouvernement veut passer de dix à six critères sur le sujet. "C’est vrai que cela fait partie des revendications de la CGT, avec le départ à la retraite à 60 ans, indexer les pensions sur les salaires et non sur les prix… Aujourd’hui, en Île-de-France, il va y avoir des actions dans le domaine des déchets, pour faire entendre la voix de ces salariés."

Mais comment faire pour partir à 60 ans, pour tous, même en commençant à 28 ans ? "Nous revendiquons la prise en compte des années d’étude. C’est un investissement pour l’avenir des salariés et leur parcours professionnel." Avec des points minorés ? "Nous ne sommes pas sur la réforme à points proposée par le gouvernement, mais sur le système actuel. Le problème de fond est le financement de la retraite. Quand on regarde ce qui est consacré au versement de dividendes et à l’évasion fiscale…"

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !