single.php

Le Parc national des Calanques bientôt accessible sur réservation uniquement

Plage sur réservation. C’est une première en France : à Marseille, la Calanque de Sugiton ne sera désormais accessible qu’aux visiteurs ayant réservé l’une des 400 places disponibles.

Parc national des Calanques
L'accès au Parc national des Calanques sera bientôt sur réservation. © AFP

Surfréquenté, le site du Parc national des Calanques se dégrade à vue d’œil et pousse les autorités à en limiter l’accès pendant l’été. Reportage de Lionel Maillet.

 

 

Parc national des Calanques : "Il n’y a plus de mètre carré où on peut s’installer"

Eau turquoise et plage de rêve... Avec son décor paradisiaque, la calanque de Sugiton est trop souvent victime de son succès, déplorent ces randonneuses qui connaissent bien le site : "On arrive où il n’y a plus de mètre carré où on peut s’installer. Il y a vraiment un monde de fou. La descente, c’est les Champs-Élysées, il y a autant de monde… On voit les jeunes arriver avec des packs de bières. Là, il faut qu’on protège."

 

 

Désormais, l’accès sera limité à 400 visiteurs par jour. La surfréquentation a fait trop de ravages. François Blanc, le directeur du Parc national des Calanques :

"On assiste pendant les périodes de forte fréquentation à une affluence jusqu’à 2.500 visiteurs, alors qu’il n’y a que 250-300 places disponibles sur les plages. Il y a donc une urgence à agir. C’est pour cela qu’on a pris cette mesure très localisée. Il y a une érosion très forte, le sol est en train de se dérober, on a des déchaussements des pins et des arbres qui sont en train de dépérir. Des arbres pittoresques vont donc disparaître. C’est l’ensemble du cadre paysager de la calanque qui risque de disparaître à terme."

Pour visiter les Calanques, il faudra réserver par Internet

Le permis de visite s’obtiendra par Internet via une plateforme gérée par la société Troov d’Aurélie Toubol : "Les réservations sont trois jours avant, elles ferment la veille. Chaque réservation peut contenir jusqu’à 5 personnes. Cela se fait sans créer de compte, gratuitement et en moins d’une minute. Donc c’est accessible à tous."

Une quinzaine de gardes contrôleront ces pass et pourront mettre des amendes à 68 euros. "Cela enlève un peu l’aspect liberté d’aller circuler. Mais en parallèle, ça permet de préserver notre nature. Car une fois l’été passé, on se rend compte des dégâts. Donc, on peut partager, mais pour pouvoir préserver notre petit bijou."

Le dispositif, pour l’instant expérimental, débutera le 10 juillet 2022 jusqu’à la fin août avec un premier test le 26 juin.

 

Anton

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
22H
20H
19H
18H
17H
16H
15H
14H
Revenir
au direct

À Suivre
/