#NousToutes : l’autre manifestation prévue le 24 novembre 2018

Anne-Marie Cervetti, directrice du centre d’hébergement et de réinsertion "FIT, une femme, un toit", était "L’invitée de l’actu" dans la matinale de Sud Radio du 23 novembre 2018 animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger. Elle explique la manifestation #NousToutes du 24 novembre pour sensibiliser la société aux violences faites aux femmes. 

 

Thumbnail

L'autre manifestation du 24 novembre 2018 :  #NousToutes

Anne-Marie Cervetti, directrice du centre d’hébergement et de réinsertion "FIT, une femme, un toit", explique la manifestation qui se tiendra le 24 novembre 2018, le même jour que la grande manifestation des "gilets jaunes" à Paris. Les associations féministes sont un peu déçues car cette date était prévue depuis longtemps. Comment faire cohabiter les deux rassemblements ?

Anne-Marie Cervetti rappelle que "le mouvement #Noustoutes est un mouvement citoyen. Nous n'avons que deux jours dans l'année pour promouvoir la fin des violences, en particulier les violences sexuelles faites aux femmes : le 25 novembre et le 8 mars. Cette année, le 25 novembre, journée mondiale pour l'élimination des violences faites aux femmes, tombe un dimanche, voilà donc six mois que nous avons fixé notre rassemblement au 24 novembre !".

Un travail intense depuis six mois donc, soutenu par 250.000 personnes qui avaient prévu de venir à Paris ou de rejoindre l'un des nombreux cortèges qui s'élanceront d'un peu partout en France. "On est un peu triste, mais on ne va pas se mettre en concurrence entre mouvements, ce serait dommage. Les deux manifestations auront lieu dans des endroits différents : en ce qui nous concerne, nous partirons de l'Opéra."

De nombreuses femmes dans les rangs des "gilets jaunes"

Toutes ces femmes dans les rangs des "gilets jaunes", qu'est-ce que cela dit de ce mouvement ? "Les chiffres parlent d'eux-mêmes : ce sont les femmes les plus précaires dans notre société, ce sont les premières touchées par les hausses des taxes, les faibles revenus à la retraite, etc. C'est donc logique. Ce sont aussi les femmes qui emmènent les enfants chez le médecin, au sport, à l'école, le tout en voiture, elles sont donc les premières touchées par la hausse des prix du carburant."

Dans les centres d'accueil, beaucoup de femmes, particulièrement entre 18 et 25 ans, sont hébergées car elles ont subi des violences sexuelles. "En France, on dénombre 93.000 viols ou tentatives de viol chaque année, soit plus de 250 par jour ! C'est un enjeu public majeur, un problème de société sur le plan politique et sanitaire car qui dit femme violée, dit aussi conséquence dramatique sur leur santé. Environ 70% des femmes qui nous rejoignent ont subi un ou plusieurs viols, parfois collectifs. Parmi elles, 11% ont attrapé le sida ou d'autres MST suite à ces viols." Les manifestations visent avant tout à faire connaître ces chiffres dramatiques. 

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité de l’actu" avec Cécile de Ménibus et Patrick Roger en podcast.

Retrouvez "L’invité de l’actu" du lundi au vendredi à 8h10 sur Sud Radio dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !