Najwa El Haïté : "la polémique sur le voile revient sans cesse"

Najwa El Haïté, adjointe au maire d'Évry, chargée de la culture, auteure du livre  "Laïcité et République - Considérations sur la République française" (éditions L'Harmattan) était l’invitée d’André Bercoff mardi 5 novembre, sur Sud Radio dans son rendez-vous du 12h-13h, "Bercoff dans tous ses états".

Najwa El Haïté, invitée d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

Najwa El Haïté revient sur les polémiques liées au port du voile dans l'espace public et lors des sorties scolaires. Elle parle également de son expérience et de son travail pour le respect de la laïcité, dans sa commune d'Évry. 

 

Des polémiques en série depuis l'affaire de Creil

La polémique sur le port du voile a particulièrement fait la une des médias pendant une dizaine de jours. Najwa El Haïté rappelle que cette affaire est partie "d'un buzz d'un élu du Rassemblement national qui a été dans la provocation". Elle estime que "le Rassemblement national a toujours instrumentalisé la laïcité pour pointer du doigt une religion, l'islam". L'élue d'Évry remarque que c'est "une polémique qui revient sans cesse" depuis l'affaire de Creil en 1989. "Y'a pas si longtemps que ça, une circulaire de Luc Chatel, alors ministre de l'Éducation nationale, interdisait le port de signe ostensible pour les accompagnateurs de sorties scolaires". Une décision contestée "par le Conseil d'État en 2013, dans le cadre d'une étude qui fait autorité". Elle permet aux "mamans accompagnatrices scolaires de porter un voile", note-t-elle.

Elle remarque "une instrumentalisation" à la fois "du Rassemblement national et de mouvements qui prônent l'islam politique", dans ces polémiques. Les uns peuvent être amenés à stigmatiser, les autres à se victimiser. "Il y a différentes interprétations du voile", rappelle Najwa El Haïté qui estime pour sa part, que "le voile n'est pas une prescription religieuse". "J'ai écouté le Conseil français du culte musulman (CFCM), ils n'ont pas de légitimité à être catégorique sur cette question", répond-elle après que l'institution islamique ait assuré l'obligation du port du voile.

"La solution c'est le dialogue"

"Le culte musulman n'a pas de clergé" dans l'islam sunnite, souligne-t-elle. "Différentes interprétations du coran et des haddiths sont possibles" continue l'élue locale réaffirmant se tenir aux cinq piliers de l'islam. Pour elle, "la solution c'est le dialogue". Et c'est avec son expérience à Évry qu'elle se félicite du "dialogue inter-religieux" prôné dans sa commune par les différents maires. "Dans notre ville ça se passe bien, il y a un dialogue avec l'imam, l'évêque avec un esprit d'ouverture", témoigne-t-elle.

Les habitants de sa commune craignent que "la laïcité soit en fait un instrument contre la religion musulmane". Alors Najwa El Haïté et les autorités locales tentent de rassurer. "La ville a organisé des conférences sur ces thématiques avec les habitants, qui ressortent rassurer". Elle confesse que ce n'est pas toujours facile de faire respecter le devoir de neutralité parmi les agents publics ou le personnel des services publics. "Notre démarche marche plutôt bien, on reste extrêmement ferme, il y a une vraie continuité sur ces questions-là", se félicite-t-elle.

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez André Bercoff et ses invités du lundi au vendredi sur Sud Radio, à partir de midi. Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !