Michel Onfray : "Il y a aura un effondrement de la civilisation"

Le philosophe Michel Onfray, fondateur de la revue "Front populaire", auteur de "La nef des fous" (éditions Albin Michel), était l’invité d’André Bercoff, jeudi 4 mars, sur Sud Radio dans son rendez-vous du 12h-13h, "Bercoff dans tous ses états".

Michel Onfray invité d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

"Notre civilisation s'effondre", alerte en préambule le philosophe qui anticipe une nouvelle civilisation qui n'est pas encore là. "Les barbares d'aujourd'hui seront les civilisés de demain", prévient-il en soulignant qu'il y a "tout qui se fissure". Des fissures qui font l'objet de focus à travers de petits textes.

 

"Des sottises quotidiennes"

Des fissures qui s'illustrent par "des sottises quotidiennes". Dernier exemple en date, la campagne des antispécistes contre les chiens d'aveugle. "Les relations entre les aveugles et leur chien sont des relations d'affection", note Michel Onfray qui déplore que "ces gens n'ont pas compris qu'un animal domestique est domestique par définition et ne sont pas des animaux sauvages tels qu'on imagine la sauvagerie dans son bureau parisien".

Une élue strasbourgeoise d'Europe Écologie-Les Verts a récemment créé le buzz en défendant la dignité des punaises et des puces de lits. "C'est l'antispécisme poussé jusqu'au bout", souligne le philosophe qui s'interroge. "Qu'est-ce qui fait que l'on pourrait utiliser un insecticide ? Il n'y a pas de raison de tuer le moustique qui risque de nous piquer". Poussant le bouchon encore plus loin, Michel Onfray estime qu'après tout, "le Covid peut être respectable et respecté, c'est du vivant". "Il faut accepter la maladie en se disant que c'est une modalité du vivant", provoque-t-il.

 

"Des craquements sont susceptibles d'être perçus"

Un "basculement régressif" de la civilisation. "On est dans la longueur d'un homme, c'est-à-dire 80 ans, le temps d'une vie", souligne Michel Onfray. Pourtant, "il faut penser au moins en termes de millénaire quand on parle de civilisation", estime-t-il. "On est dans un tuilage de 2.000 ans avec probablement 2.000 ans à venir aussi", prévient le philosophe qui admet qu'il n'est "pas forcément facile à voir même si des craquements sont susceptibles d'être perçus". "Des gens sont capables de prédire des éruptions volcaniques, de voir qu'un certain nombre de chiffres annoncent l'éruption", prend-t-il comme exemple.

Michel Onfray n'est certes pas vulcanologue mais est capable de donner des chiffres. "C'est évident qu'il y aura un effondrement de la civilisation", insiste le philosophe. Et cela s'explique par plusieurs raisons : "plus personne n'y croit, ne l'enseigne, on la déteste", déplore-t-il. Et lorsque des enseignants refusent d'enseigner la règle de grammaire faisant emporter le masculin sur le féminin, Michel Onfray est ferme : "Ces Jean Moulin de l'Éducation nationale peuvent démissionner, ce serait plus élégant que d'être payé par l'argent public sans vouloir enseigner", recommande-t-il.

 

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

 

Retrouvez André Bercoff et ses invités du lundi au vendredi sur Sud Radio, à partir de midi. Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !