single.php

Menace contre une principale: le collégien présenté à un juge en vue de sa mise en examen

L'élève de 15 ans, arrêté vendredi après avoir menacé d'un couteau la principale d'un collège de la banlieue de Dijon, était en cours de présentation à un juge d'instruction, dimanche, en vue de sa mise en examen, donnant des versions contradictoires de ses actes, a indiqué le parquet de Dijon.

PHILIPPE HUGUEN - AFP/Archives

L'élève de 15 ans, arrêté vendredi après avoir menacé d'un couteau la principale d'un collège de la banlieue de Dijon, était en cours de présentation à un juge d'instruction, dimanche, en vue de sa mise en examen, donnant des versions contradictoires de ses actes, a indiqué le parquet de Dijon.

Le mineur, "décrit comme difficile" mais qui ne présente d'antécédent judiciaire que "pour des faits de dégradations volontaires", est déferré devant un juge dans le cadre d'une information judiciaire pour "tentative d'homicide volontaire sur un enseignant, personne chargée de mission de service public; violences volontaires avec arme, dans établissement scolaire et sur personnes chargées d'une mission de service public; menaces de crimes ou délit contre les personnes sur enseignant ou membre des personnels travaillant dans les établissements d'enseignement scolaire; intrusion dans un établissement scolaire avec arme", a indiqué le Procureur de la République à Dijon, Olivier Caracotch.

Le parquet a de plus demandé son placement en détention provisoire.

Lors de sa garde à vue, entamée vendredi à 15h35, le mineur "n'a jamais contesté les faits" mais il a "toutefois donné deux explications très différentes" de ses actes, a-t-il précisé en conférence de presse.

Il a d'abord indiqué qu'il avait voulu "planter" sa professeur d'anglais, cours dont il avait été exclu, avant de se raviser car, a-t-il dit, c'était "trop grave". Il a alors dit avoir décidé de la prendre en otage, mentionnant les attentats de novembre 2015 "pour donner du crédit à son projet".

Mais, plus tard en garde à vue, le mis en cause affirmait avoir été "recruté par des connaissances pour tuer (sa professeur d'anglais, ndlr) et trois autres membres (du collège)". Il a alors affirmé devoir être rémunéré pour ces faits.

Mais ces déclarations ne sont "corroborées par aucun élément et pourraient être en lien avec une volonté de se donner de l'importante, ce qui a été confirmé par un expert psychiatre", a ajouté le procureur.

De plus, "le parquet antiterroriste accorde un crédit très relatif à cette dernière version", a souligné M. Caracotch.

Un expertise psychiatrique, même si elle a estimé que le mis en cause était responsable de la commission de ses actes, a révélé "un certain nombre de failles ou de difficultés" mentales, selon le procureur.

M. Caracotch a félicité le "sang froid" de la principale qui a réussi à échapper à l'élève, permettant le déclenchement de l'alarme intrusion dans le collège, ainsi qu'à celui de l'agent de maintenance.

AFP / Dijon (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
15H
14H
13H
11H
10H
09H
07H
04H
00H
23H
Revenir
au direct

À Suivre
/