Marc Fontecave : "Les gens ne sont pas assez informés"

Marc Fontecave, membre de l'Académie des Sciences depuis 2005, titulaire de la chaire de Chimie des processus biologiques au Collège de France depuis 2008 et auteur de "Halte au catastrophisme" (Flammarion), était l’invité d’André Bercoff, lundi 12 octobre, sur Sud Radio dans son rendez-vous du 12h-13h, "Bercoff dans tous ses états".

Marc Fontecave invité d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

Marc Fontecave s'attaque au catastrophisme. Dans une situation économique et sanitaire qui inquiète les Français, il redonne un peu d'espoir et de relativisme face aux discours qui tendent à affoler les citoyens.

 

Un catastrophisme intemporel

Les discours alarmants ne datent pas d'hier, observe le scientifique qui note que "de tout temps, on a pensé que l'on arrivait à la fin du monde". Un discours qui se tient à chaque pallier franchi par la population mondiale. "À chaque fois qu'on a atteint un milliard d'habitants supplémentaire sur terre, on a toujours trouvé des gens pour dire que l'on n'arrivera pas à nourrir tout le monde", souligne-t-il. Marc Fontecave rappelle que la population mondiale est d'aujourd'hui à 7,5 milliards d'habitants "et continue à être nourrie, même mieux qu'avant". 

L'augmentation de la population mondiale est d'ailleurs "un phénomène inéluctable" pour le scientifique qui prédit une limite à 10 milliards. "Nous devons traiter le problème sans baisser les bras et sans dire que c'est la fin du monde", estime-t-il, en exprimant sa "confiance envers les humains pour traiter les problèmes".

Des progrès indiscutables

Pour l'académicien, il y a un discours "anti-progrès, technophobe et anti-scientifique" qui "assomme" les Français. Un phénomène "assez récent" qui résulte de gens "pas assez informés ou désinformés". Pourtant, des lueurs d'espoir sont à constater. "Il y a eu énormément de progrès en médecine", rappelle-t-il, estimant qu'il y aurait eu "beaucoup plus de morts aujourd'hui s'il n'y avait pas eu autant de progrès dans la biologie et la recherche médicale".

Dans le domaine de l'écologie, la tendance est similaire. "Si une transition énergétique est possible aujourd'hui, si on peut aller vers le solaire ou l'éolien, c'est parce que nous avons fait des découvertes et qu'on a pu les mettre sur le marché", affirme Marc Fontecave. La science n'est pour autant pas irréprochable, le sujet du nucléaire est "délicat" mais à relativiser, selon lui. "Si on ne regarde que Fukushima et le problème de déchets et qu'on oublie que depuis 50 ans, les Français ont une électricité pas chère sans le moindre mort et la sécurité nécessaire, c'est parce que l'on a l'énergie qu'il faut", rappelle le scientifique.

 

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez André Bercoff et ses invités du lundi au vendredi sur Sud Radio, à partir de midi. Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !