Macron "emmerde" les non vaccinés : "Ce sont des propos indignes, indéfendables"

Emmanuel Macron dit "emmerder" les non vaccinés dans une interview au Parisien. Pour Alexis Poulin, cette interview est indigne d'un président de la République et tout simplement indéfendable.

Ce mardi, Emmanuel Macron a livré un entretien choc au Parisien. Le chef de l'État a confié vouloir rendre la vie des non vaccinés impossible. Une déclaration qui a fait polémique. Pour Alexis Poulin, cette déclaration est inadmissible.

"Parler vrai, parler cash ? Non, ce sont des propos indignes dans la bouche d'un président de la République. Il parlait de droit et de devoir, Le devoir d'un Président de la République c'est d'assurer la concorde nationale, d'être le garant des institutions, d'assurer la sécurité de tous les Français. Or là, Emmanuel Macron choisit la politique du bouc émissaire. Et on sait très bien comment elle se termine cette politique : dans le sang, c'est terrible. Ce n'est pas défendable".

"Le 31 décembre 2019, l'apaisement, toujours, doit primer sur l'affrontement assurait Macron. Et voilà qu'il dit, ce mardi, qu'il a très envie d'emmerder les non vaccinés. C'est une très petite minorité qui est réfractaire et qu'on emmerde davantage. Et il l'assume. Le problème, c'est que nous avons 77% de vaccinés, 90% éligibles vaccinés et 300.000 cas en 24h. C'est un échec pendant 2 ans de cette politique sanitaire que Macron veut cacher derrière une petite phrase".

"Pendant toutes les épidémies, on a choisit la politique du bouc émissaire , la société a toujours voulu mettre au banc une partie de cette société. Mais ceux là ne sont pas responsables".

"Macron invente un délit de déchéance de citoyenneté "

"Macron parle aussi de responsabilité en disant qu'un irresponsable n'est pas plus un citoyen. Mais un irresponsable de quoi ? Aujourd'hui, la vaccination n'est pas obligatoire. Donc un citoyen qui ne se vaccine pas ne viole aucune loi. Il choisit simplement de ne pas prendre un produit qui pourrait le protéger contre un virus dangereux. Là, Macron invente un délit de déchéance de citoyenneté sur une loi qui n'existe pas comme manger dans les trains ! Pour moi, il n'y a qu'un seul irresponsable, il est à l'Élysée".

"Il est temps de prendre conscience de cette politique dangereuse du pass vaccinal. Les débats vont changer de ton, les députés ont compris qu'il était un prototype de crédit sociale à la chinoise. Castaner en parle et fait la différence entre les bons et les mauvais citoyens. Sauf que la Constitution française ne fait pas de différence".

"Nous sommes des citoyens avec des droits et des devoirs, certes. Nous avons le droit de vote et nous avons un devoir hérité de la Constitution de 1793 : "S'il y a oppression contre le corps social, lorsqu'un seul de ses membres est opprimé, que le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs".

À lire aussi :

Décidé à "emmerder" les antivax, Macron débute l'année à l'offensive