"Les trafiquants de drogues ne sont pas impactés par le confinement"

Stanislas Gaudon, délégué général du syndicat Alliance Police nationale, était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 9 Avril. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Vérification de l'attestation de déplacement d'un conducteur, par la police, le 17 mars 2020 à Tours (centre)

Guillaume SOUVANT - AFP

Conséquence directe du confinement, la délinquance est apparemment en forte baisse. On constate 44% de cambriolages en moins le mois dernier, une baisse de 43% des vols avec violence et des vols à main armée.

 

Des chiffres à prendre avec prudence

"Ce sont des chiffres à prendre avec beaucoup de prudence car ils comparent d’un mois à l’autre, estime Stanislas Gaudon, délégué général du syndicat Alliance Police nationale. Il est plus intéressant de comparer le premier trimestre 2020 avec le dernier trimestre 2019. On constate une baisse, mais en partie liée aux conditions. L’épidémie, le confinement ont à la fois un effet sur les dépôts de plainte et sur les faits eux-même."

Côté cambriolages, cela n’incite sans doute pas à passer à l’acte ? "Oui probablement, mais il faudra aussi être prudent sur ce chiffre-là. Les cambriolages sont en baisse pour les résidences principales, puisque les personnes sont confinées dans leur domicile. Mais attention aux résidences secondaires quand elles ne sont pas occupées par des personnes les ayant choisies comme lieux de confinement…" Les contrôles de police contribuent aussi à la baisse de la délinquance et des atteintes aux personnes. Il y a un maillage territorial plus important, l’ensemble des policiers ayant pour mission de contrôler le confinement."

 

Les trafiquants de drogue pas impactés

De leur côté, les trafiquants de drogue ont-ils revu leur façon de procéder ? "Ils ne sont pas impactés par les règles de confinement, se désole le délégué général du syndicat Alliance Police nationale. Il y a toujours autant de personnes dehors dans les quartiers gangrénées par le trafic de stupéfiants. Cela pose des problèmes aux collègues sur le terrain. Lorsqu’ils viennent contrôler, très souvent, cela part en outrage, en rébellion, en violence voire en guet-apens. C’est là le non sens de cette situation. Nous avons assisté à de scènes surréalistes, des véhicules de police attaqués par des tirs de mortier en pleine période de confinement…"

D’autant plus qu’en ce moment, beaucoup de policiers et gendarmes sont sur le terrain, et par conséquent potentiellement exposés au Covid 19. Sont-ils au moins bien protégés ? "C’est pour cela que nous avons bataillé pour être équipés de masques." Et est-ce qu’ils arrivent ? "Cela commence à arriver en Ile-de-France et en province. Mais on a vraiment perdu beaucoup de temps. Les directives ne sont pas très claires, mais on dit aux collègues sur le terrain de porter un masque pour ne pas s’exposer."

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !