Les Français sont mauvais élèves pour sauver la planète

Véronique Jacquier
Sud Radio

L’écologie est plus que jamais au cœur de l’actualité cette semaine. Véronique Jacquier répond à la question de Patrick Roger : avons-nous des gestes écologiques pour sauver la planète ? Pour la compléter, François-Michel Lambert , Secrétaire National de l'Union des Démocrates et des Ecologistes, Député En Marche des Bouches-du-Rhône, et Président de l'Institut National de l'Economie Circulaire.

Patrick Roger interroge Véronique Jacquier sur le comportement des Français. Fait-on des gestes écologiques pour sauver la planète ? « Soyons positifs! « réplique t-elle : « La France est le premier pays européen à recycler les piles. Le premier pays européen à avoir introduit le délit d’obsolescence programmé. Les sacs plastique ont disparu des rayons dans les commerces. Et une voiture diesel pollue aujourd’hui mille fois moins de particules qu’il y a dix ans. Simple évolution technologique. Rien de politique la dedans. Mais cela traduit la volonté, la prise de conscience d’aller vers un monde plus vert, plus propre, moins pollué. Le Français est persuadé d’être un bon élève en matière de transition écologique. Mais sous les apparences, pas de quoi se vanter

Le bilan de la France n’est pas à la hauteur , aucun changement notable sur les grands indicateurs de pollution explique Véronique Jacquier. Les émissions de gaz à effet de serre sont reparties en France à la hausse en France en 2017. Et la biodiversité s’effondre. Dans l’indifférence générale ! Les abeilles, les moineaux, les chauves-souris et les vers de terre disparaissent. Nicolas Hulot avait poussé un coup de gueule à l’assemblée nationale en mars dernier. Et alors ? Les Français s’en fichent ! Tous les sept à dix ans disparait en France l’équivalent d’un département avec ces zones humides et ses forêets, pour urbaniser des territoires. Et alors ? Ça n’empêche personne de dormir.

Mais que pouvons-nous faire à notre échelle ? interroge Patrick Roger . « Je vous accorde que c’est compliqué » répond la journaliste. « Les agriculteurs eux sont en première ligne et on voit se développer un modèle agricole alternatif sans pesticide, axé sur le bio. Mais pour le consommateur, quelle conséquence ? Des produits qui coutent plus chers ! Même chose pour l’habitat. L’amélioration d’un habitat respectueux de l’environnement ça coute encore cher. Et que dire de la transition énergétique ! Si vous dites aux Français, on va produire de l’électricité plus propre avec de l’énergie renouvelable, 58% refusent une hausse de la facture d’électricité. Les Français ne sont pas d’accord pour accompagner financièrement la transition écologique. Hier lors de la passation avec François de Rugy, Nicolas Hulot a déclaré « Je n’ai pas en l’état réussi à combler cette ligne de faille entre deux cultures, deux intelligences, l’économie et l’écologie ». Tout est dit. Le nouveau ministre a du pain sur la planche.

François-Michel Lambert, secrétaire national de l’Union des Démocrates et des Écologistes, député En Marche des Bouches-du-Rhône, et président de l’Institut National de l’Économie Circulaire est invité par Patrick Roger à prodiguer des conseils. Que peut-on faire ? C’est quand même compliqué individuellement de sauver la planète. « Le tri ! Il a 1000 réponses au tri » répond François Michel Lambert. Et il insiste sur la mobilité : « Plutôt que faire 500 métres en voiture, évitez ce petit déplacement. Ou alors organisez-vous avec votre voisin. » Le journaliste de Sud Radio conclut en demandant au député s’ il lui semble possible de marier l’économie et l’écologie ? » « Nous y travaillons répond ce dernier « nous travaillons beaucoup sur le gaspillage. Trier et recycler permet selon nos travaaux d’économiser entre 1500 et 2000 euros annuels pour une famille de quatre personnes. Trop consommer et acheter. » des choses qui finalement ne sont pas très utiles, voilà ce qu’il faut arrêter ».

Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

Michel Ange
- Mercredi 5 septembre 2018 à 21:39
Il faut être un peu sérieux et surtout réaliste, comment voulez-vous que le Français puisse sauver la planète alors que nous représentons même pas 1 % de la population mondiale.
L'écologie dans notre pays non seulement est irréaliste et de plus très punitive avec toutes ces taxes.
L'écologie est basée sur le retour en arrière de notre économie et dirigée par des idéologues. Bref le retour en arrière de tous les progrès.
NLOJ
- Jeudi 6 septembre 2018 à 16:51
Soyons sérieux !
On demande au français moyen qui gagne de moins en moins de financer des travaux écologiques mais les vrais pollueurs ( les entreprises richoux et les politiques ) ne font pas grand chose... à part s'enrichir.
La société libérale et mondialisée est antinomique avec une écologie respectueuse de la nature pour sauver la planète...
Un exemple: le développement d'une agriculture industrialisée au détriment d'une agriculture paysanne soutenue par la politique libérale Macron et européenne.
Tout est dit.
Hulot le savait dès le début, il l'a très bien dit.Il a mis du temps à quitter le gouvernement, le temps d'empocher un peu de pognon supplémentaire.
Ses larmes versées ne tromperont personne...

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio