Les Ferias reprennent malgré les mesures sanitaires : "L'ambiance n'est pas là. Il manque l'enthousiasme, la joie des spectateurs"

Les taureaux entrent à nouveau dans l'arène. Les premières corridas de la saison à Arles sont programmées ce dimanche. Cela se passera dans un contexte particulier, avec une jauge de spectateurs réduite dans les gradins et puis surtout, rien de ce qui constitue la Feria, la fête tout autour des arènes. Ce qui ne gâche rien au plaisir des amoureux de tauromachie.

Thumbnail
Des ministres soutiennent-ils la corrida ?

Reportage de Stéphane Burgatt

 

Les taureaux entrent à nouveau dans l'arène. Les premières corridas de la saison à Arles sont programmées ce dimanche. Cela se passera dans un contexte particulier, avec une jauge de spectateurs réduite dans les gradins et puis surtout, rien de ce qui constitue la Feria, la fête tout autour des arènes. Ce qui ne gâche rien au plaisir des amoureux de tauromachie.

C'est le retour du grand frisson pour des afficionados en manque, comme Patrick. Ça ne peut pas aller mieux pour nous. Put***, que ça nous a manqué ! Vraiment, vraiment !"

"C'est aussi cruel mais c'est beau"

Les mouchoirs blancs agités, les fleurs jetées... toute la mise en scène est rythmée par l'orchestre dans les gradins. Certains ont fait une très longue route jusqu'ici. René, lui, vient de Miami. "Le premier jour de la Feria, il fallait le faire. C'est extraordinaire. C'est aussi cruel mais c'est beau. C'est un spectacle. C'est une rencontre avec la bête".

"L'ambiance n'est pas là. Il manque l'enthousiasme, la joie des spectateurs"

Mais d'autres comme Rémi soulignent aussi que c'est là un événement à minima avec moins de 3.000 spectateurs  et sans bodega ni fanfare à la sortie. "L'ambiance n'est pas là. Il manque l'enthousiasme, la joie des spectateurs, les bistros !

"Ce n'est pas comme d'habitude. Normalement, il y a du monde de partout"

Et c'est pourquoi les habitants et habitués de la Feria ont déserté le centre ville pour le week-end. "S'il y avait eu la Féria normale, oui, effectivement, on serait restés. On est Arlésien, on adore ça. Mais, regardez, on habite à 100 mètres des arènes. Ce n'est pas comme d'habitude. Normalement, il y a du monde de partout".

Effectivement, le contraste est saisissant puisqu'en moyenne, la Feria attire 45 000 personnes chaque jour, autour des arènes.

Stéphane Burgatt (avec Maxime Trouleau)