L'édito éco d'Yves de Kerdrel - Un rapport accablant sur l'emploi des seniors

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a reçu hier sur sa table un rapport sur l'emploi des seniors et notamment des 60-64 ans. À l'heure du débat sur l'âge-pivot, l'étude met en lumière les difficultés à trouver du travail passée une certaine expérience.

Pôle Emploi, passage inéluctable pour 30 % des 60-64 ans (Photo by LOIC VENANCE / AFP)

Retrouvez l'édito éco d'Yves de Kerdrel chaque matin à 8h30 sur sudradio.fr.

[#EditoEco] @ydekerdrel "La France est un très mauvais élève pour l'emploi des personnes âgées. Seuls 31% des Français âgés de 60 à 64 ans ont un travail" #GrandMatinSudRadio pic.twitter.com/UYxH9ctJBX

Sophie Bellon, a rendu hier son rapport sur l’emploi des seniors à Muriel Pénicaud. Un rapport très attendu en plein débat sur les retraites.

Oui, parce que la France est un très mauvais élève en matière d’emploi des plus âgés. Par exemple, on a beaucoup parlé ces derniers jours de l’âge pivot de 64 ans. Aujourd’hui, seulement 31 % des 60-64 ans ont un travail. C’est le plus mauvais chiffre de toute l’Union européenne ainsi que de l’OCDE. Et pourtant la situation s’est améliorée au cours des dernières années à cause du coup de frein sur les pré-retraites. Il reste que d’après ce rapport, à l’âge de 60 ans, près de 28 % des personnes ne sont ni en emploi ni à la retraite. Ce qui est dramatique pour la société. Comme cette situation est un mal français, le rapport fait par Sophie Bellon explique d’abord que nous devons changer notre regard sur les seniors. Donc la présidente de Sodexo insiste sur la nécessité d’offrir la possibilité aux personnes de lever le pied, à l’approche de la soixantaine. En expliquant qu’il vaut mieux des seniors qui travaillent un peu moins, mais qui restent présents dans l’entreprise.

Ce qui n’empêche pas Sophie Bellon de regarder en face l’usure au travail des personnes les plus âgées ?

Exactement, c’est pourquoi le rapport formule des propositions sur le système de santé au travail. Sophie Bellon estime qu’il doit mieux prendre en compte la « prévention de l’usure professionnelle » et les « enjeux du vieillissement » Surtout ce rapport affirme qu’il faut muscler l’investissement en formation des salariés parvenus à mi-carrière.Et cela, pour éviter que leurs compétences ne deviennent obsolètes. Ce qui permettra de faciliter leur reconversion. De même est également suggérée la création d’un mécanisme pour que les individus utilisent, avant leur retraite, leur compte personnel de formation de manière à se préparer à des mandats associatifs ou politiques (quand ils
auront liquidé leur pension).
Mais Sophie Bellon va plus loin et parle d’une véritable stratégie nationale afin de mobiliser toutes les parties prenantes. Car c’est un enjeu majeur pour le pays.