Le vrai camembert en danger de mort

Véronique Richez-Lerouge, journaliste, présidente de l’association Fromages de Terroir, était l’invitée d’André Bercoff le 14 Mars sur Sud Radio, dans son rendez-vous du 12h-13h, "Bercoff dans tous ses états".

Thumbnail

De Gaulle disait "comment gouverner un pays qui a 365 variétés de fromages ?"  "Et il n’aimait pas le fromage, précise Véronique Richez-Lerouge. C’est plutôt Churchill qui disait qu'avec 265 variétés de fromage, il ne pouvait pas perdre la guerre !" La journaliste, présidente de l’association Fromages de Terroir, a mené une opération “camemberts parachutés” mercredi 13 Mars à l’Assemblée nationale, pour dénoncer le fait que la France enterre ses Appellation d’Origine Contrôlée...

Un alibi pour produire moins cher

Avec l’aide de son complice, le député Richard Ramos, "l’idée était de sensibiliser nos élus de la manière la plus directe et la plus odoriférante possible. Si on autorise la pasteurisation à partir de 2021 dans l’appellation d’origine, à quoi servent nos appellations d'origine. Derrière ce motif du cahier des charges, c’est l’ensemble des appellations qu’on tire vers le bas".
Ce sont donc 577 véritables camemberts AOP, un par député, qui ont été distribués. "Cela sentait très fort, les députés s’arrachaient les camemberts. Tout le monde a eu le sien. Il y en a qui sont allés acheter du pain, il y a eu des pique-niques improvisés dans les bureaux". Mais quel est le souci, exactement ? "Pasteuriser, c’est un chauffage, un traitement thermique du lait pour éliminer les bactéries pathogènes. Mais on enlève aussi tout le bon, tout ce qui donne le goût. La France est en train de rentrer dans cette paranoïa, cet hygiénisme sanitaire dingue qui nous vient des USA. Mais c’est l’alibi : en réalité, la pasteurisation coûte beaucoup moins cher. Un camembert pasteurisé coûte 25% moins cher".

Une énorme bêtise française

"Le camembert AOP est 100% lait cru et moulé à la louche pour la légèreté de la pâte, ce qui correspond à la tradition remontant à la Révolution française, détaille Véronique Richez-Lerouge. C’est une pâte molle à croûte fleurie, c’est puissant, doux ou crémeux. Aujourd’hui, l’AOP, c’est 5.000 tonnes environ. On a tenu bon au milieu de cet océan de 60.000 tonnes de camemberts industriels. Mais comme ils n’étaient pas dans l’appellation d’origine, cela ne me posait aucun problème. Mais en 2021, les industriels vont avoir le droit de rentrer dans l’appellation. Ce sont les Français qui font cette énorme bêtise d’autoriser la pasteurisation dans le cahier de charges".

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast

Retrouvez André Bercoff et ses invités du lundi au vendredi sur Sud Radio, à partir de midi. Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !