"Le vaccin AstraZeneca n’est pas adapté pour les personnels soignants"

Pourquoi certains personnels soignants sont-ils réticents à se faire vacciner contre le Covid-19 ? Thierry Amouroux, porte-parole du syndicat infirmier SNPI, était l’invité de Patrick Roger le 10 mars dans l’émission "C’est à la une" sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 8h10.

"Une polémique assez ignoble"

D’où viennent les réticences d’un grand nombre de personnels soignants à se faire vacciner contre le Covid-19 ? "C’est une polémique assez ignoble que vient de lancer le gouvernement pour masquer sa propre incompétence à gérer la vaccination, estime Thierry Amouroux, porte-parole du syndicat infirmier SNPI. Nous sommes la sixième puissance mondiale, et le 48e pays en termes de pourcentage de population vaccinée. Au sein de l’Union Européenne, qui n’est pas très forte, la France est au-dessous de tout."

"Alors, pour détourner l’attention, le gouvernement lance l’information selon laquelle les professionnels de santé ne seraient pas vaccinés, juge le porte-parole infirmier. Déjà, dans un premier temps, ils n’étaient pas éligibles à la vaccination selon les décisions de la haute Autorité de Santé. Dans un deuxième temps, c’était réservé aux plus de 50 ans, qui avaient droit au Pfizer. Sur cette période, les trois quarts des vaccinés étaient des soignants et un quart des patients."

 


"Les soignants ont besoin du vaccin le plus efficace"

"Par ailleurs, il faut savoir que 70.000 professionnels de santé hospitalier ont eu le Covid-19, précise Thierry Amouroux. Dans un premier temps, la Haute Autorité de Santé leur disait d’attendre d’avoir des informations avant de se faire vacciner. Depuis quelques jours, la décision est 'vous devez attendre six mois entre la vaccination et l’infection. Vous n’aurez qu’une seule injection, et non pas deux'" Par ailleurs, "quand vous voulez vous faire vacciner en tant que professionnel de santé, comme tout le monde, vous devez vous inscrire sur une liste et aller dans un centre de vaccination. Tout cela prend beaucoup de temps, entre le moment où vous vous inscrivez et celui où vous avez un rendez-vous", rappelle le porte-parole du syndicat infirmier SNPI.

"Il a été décidé que l’ensemble des soignants seraient vaccinés avec le vaccin AstraZeneca, souligne-t-il également. C’est un vaccin correct. Le fabricant dit que son taux d’efficacité est de 70%. Simplement ses deux concurrents ont un taux d’efficacité à 94%. Quant à l’action sur les variants, en particulier sud-africain, dans un département comme la Moselle, où ce variant est à plus de 50%, comment dire aux personnels médicaux que l'on va leur injecter l’AstraZeneca, qui a été stoppé en Afrique du Sud car il n’était efficace qu’à 22% sur le variant sud-africain ? AstraZeneca est parfaitement adapté pour l’ensemble de la population. Mais les soignants sont particulièrement exposés à de multiples reprises, et ont donc besoin du vaccin le plus efficace. La majorité des soignants veulent se faire vacciner, mais avec un vaccin correct."

 

Sur le même sujet:
"On est toujours confrontés au manque de personnel. Du coup, quand on est positif sans  symptôme, on va quand-même travailler".

Vaccin obligatoire pour les soignants? Des praticiens dubitatifs quand à l'avis de l'Académie de médecine

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !