Le regard libre d'Élisabeth Lévy - Le paradoxe des antiracistes

Le président de SOS Racisme, Dominique Sopo, a traité Jean Mesisha de "chameau" en reprenant les termes de Yassine Belattar. Ce qui pourrait ressembler à un combat de coqs traduit bien plus que cela : l'ambiguïté des associations anti-racistes.

Le regard libre d'Élisabeth Lévy

Retrouvez le regard libre d'Élisabeth Lévy chaque matin, du lundi au vendredi, à 8h15 sur sudradio.fr.

Une polémique oppose Jean Messiha du Rassemblement national et Dominique Sopo de SOS Racisme.

Messiha est membre des instances dirigeantes du Rassemblement National. Très présent dans les médias (y compris dans les Vraies Voix Sud Radio), il ferraille avec l’humoriste rebelle Yassine Bellatar. Lequel ironise sans cesse sur sa « tête de chameau ». À savoir également que Messiha est d’origine copte égyptienne, autrement dit, il est arabe et chrétien.

Vendredi, Bellatar reprend ce thème hilarant dans une vidéo puis dans un tweet : “ Jean, mon chameau. J’ai parlé au Zoo de Thoiry, ils sont ok pour que tu fasses ton prochain meeting avec ta tête. »

Messiah interpelle SOS Racisme et la Licra : “Je suis victime de propos racistes. Vous pouvez vous constituer partie civile avec moi ?”.

La réponse de Dominique Sopo, président de SOS Racisme :“Je pense que la Licra sera heureuse de se constituer auprès de SOS Racisme afin de fin de mettre fin à l’odieuse comparaison entre vous-même et un chameau. Cette comparaison est infamante pour les chameaux. ”.

Ce n’est pas très malin mais est-ce raciste ?

Évidemment. D’ailleurs, cela est dénoncé bien au-delà du RN. Même par Jean-Michel Aphatie qui déclare que « si Dominique Sopo n’est pas mis à la porte de l’association après ce tweet, il faudra que SOS Racisme nous explique le sens qu’elle donne au mot ‘racisme’. »

Imaginez que Messiha ait comparé Sopo à un singe. Vous auriez déjà cinquante éditos appelant au sursaut. Rappelez-vous la mobilisation générale justifiée quand une gamine a comparé Taubira à une guenon. Rappelons qu’en 97, Jean-Marie Le Pen a été condamné pour avoir comparé Fodé Sylla à "un gros zébu fou".

Comment expliquer cette dissymétrie ?

Quand on est de gauche, et qu’on se bat contre l’hydre lepéniste, tout est permis puisqu’on agit au nom du bien.

Dans le passage du 9 janvier chez Hanouna, ces rires gras, ces rires du côté du manche font peur. Des rires racistes.

Faut-il pour autant condamner l’ensemble de l’antiracisme comme l’a fait le RN

Marine Le Pen a dénoncé l’escroquerie antiraciste subventionnée. Pas faux. Il ne s’agit pas d’un dérapage isolé mais d’une tendance lourde. Meklat, le chouchou de France Inter qui publiait des tweets antisémites est un pur produit de cet antiracisme racialiste. A renoncé à l’universalisme, ne voit plus en l’autre un frère humain mais un blanc ou un noir, un raciste ou un racisé. Il attise la haine qu’il prétend combattre. Alors oui, les propos de Sopo sont racistes. Et comme Desproges, j’adhérerai à SOS Racisme quand ils mettront un S à racismes.