Le regard libre d'Élisabeth Lévy - "Duhamel a de toute façon été condamné par le tribunal médiatique. Quand les médias sont partout, la Justice n’est nulle part"

Finalement, l’affaire Duhamel est classée sans suite. Élisabeth Lévy en profite, dans son regard libre du jour, pour en revenir sur la prescription.

Tous les matins à 8h15, le regard libre d'Elisabeth Lévy dans le Grand Matin Sud Radio.

Finalement, l’affaire Duhamel est classée sans suite. Élisabeth Lévy en profite, dans son regard libre du jour, pour en revenir sur la prescription.

Le motif, exposé par le Parquet de Paris est le suivant : les faits (actes incestueux commis par Olivier Duhamel sur Victor son beau-fils alors âgé de 14 ans) sont prescrits. Ce qu’on savait parfaitement, en l’occurrence depuis 2013 (20 ans après la majorité de la victime). Il n’a porté plainte qu’après des semaines de tempête médiatique en janvier dernier. 

Bref, c’était plié d’avance. 

Dans ces conditions, pourquoi  ouvrir une enquête ? 

C'était une demande d’Éric Dupond Moretti : une ouverture systématique en cas de révélations de crimes sexuels sur mineurs même prescrits. En somme, la Justice ne peut que jeter de l’huile sur le feu médiatique. S’il y a scandale, on ouvre une enquête. Il s’agit moins de satisfaire les victimes que l’opinion. 

Éric Dupond Moretti veut notamment ce procès pour qu’il puisse s’expliquer. Mais Olivier Duhamel qui a reconnu les faits ne s’est pas expliqué, il a été interrogé. La seule façon de rendre la Justice : un débat public et contradictoire. Cela aurait peut-être permis de découvrir que Duhamel avait eu des sentiments et des désirs coupables, criminels même, mais sincères. Bref, qu’il n’était pas Dutroux mais Phèdre. Il n'était pas un monstre mais un homme qui n’a pas su s’empêcher. 

En somme, la Justice ne devrait rien faire et laisser ces actes impunis ? 

Si la prescription existe c’est que, passé un certain délai, on ne peut plus bien juger. Un délai allongé, la victime peut porter plainte jusqu’à 48 ans. Très bien. Les associations demandent sa suppression de sorte qu’une victime pourrait poursuivre à 60 ans un agresseur de 90 ans. Ça n’a aucun sens. Il faut avoir le courage de dire que certains crimes ne sont jamais punis par la Justice. 

Mais il n'y a rien de plus injuste et hypocrite que cet entre-deux. La justice vous dit : je ne peux rien faire mais le gars est surement coupable. Cette condamnation se fait sans le moindre espoir qu'un jour il ait payé sa dette. 

Cela dit, cela ne change pas grand-chose. Duhamel a été condamné par le tribunal médiatique au bannissement social à vie. Pour un homme qui a toujours été avide d’honneurs et de pouvoir, le châtiment est terrible. Et personne ne peut affirmer qu’il est juste. Quand les médias sont partout, la Justice n’est nulle part.