Le métier d'Œnologue impacté par le Covid-19 : "Cela entraîne une perte de l'odorat. On ne peut pas faire de diagnostique"

La perte du goût et de l'odorat reste des  symptômes fréquents du Covid 19. Une profession est particulièrement impactée : les oenologues et autres techniciens du milieu du vin. Beaucoup ont été déstabilisé par la maladie.

Reportage de Christine Bouillot

 

La perte du goût et de l'odorat reste des  symptômes fréquents du Covid 19. Une profession est particulièrement impactée : les oenologues et autres techniciens du milieu du vin. Beaucoup ont été déstabilisé par la maladie.

La profession va demander ce mercredi que soit pris en compte les conséquences. Pour les professionnels du vin, la liste est longue des conséquences sur la santé de la Covid 19. Pierre Louis Teissedre , premier Vice président de l'Union des oenologues de France et professeur à l Institut du Vin de Bordeaux.

"On ne peut pas faire de diagnostique"

"La Covid-19 entraine l'anosmie (une perte de l'odorat), l'hyposmie (baisse de la qualité de l'odorat), la parosmie (perception olfactive faussée), l'agueusie qui est la perte du goût, l'hypogosie qui est une diminution du goût, la paragosie qui est un trouble de la perception du goût voire de l'hétérogosie, c'est-à-dire quand le goût perçu n'est pas celui attendu. Avec tout ça, on ne peut pas déguster, on ne peut pas faire de diagnostique. Ça veut dire qu'une partie du métier est empêché".

Autre difficulté, les cas de Covid long signalés chez 31 % des oenologues et 60 % des sommeliers qui ont attrapé le virus. "Il va falloir aussi que l'ont prévoit une mise en place d'un réseau de référent ORL par bassin viticole - ce qui est quand même important - parce qu'il faut pouvoir détecter cette problématique et proposer des solutions avec des outils de rééducation"

Les professionnels du vin qui vont demander aujourd’hui que soit reconnu le caractère invalidant de la maladie pour leurs métiers.

Christine Bouillot (avec Maxime Trouleau)