single.php

Le chef présumé d'un des principaux gangs de narcotrafic marseillais arrêté au Maroc

Le chef présumé du clan Yoda, un des principaux gangs de la drogue à Marseille accusé d'être à l'origine d'une sanglante guerre du narcotrafic dans la deuxième ville de France, a été interpellé vendredi au Maroc, ont annoncé samedi les autorités françaises.

Christophe SIMON - AFP/Archives

Le chef présumé du clan Yoda, un des principaux gangs de la drogue à Marseille accusé d'être à l'origine d'une sanglante guerre du narcotrafic dans la deuxième ville de France, a été interpellé vendredi au Maroc, ont annoncé samedi les autorités françaises.

"Un des plus grands narcotrafiquants marseillais a été arrêté au Maroc. Bravo aux policiers qui poursuivent sans relâche le combat contre le trafic de drogue", a écrit le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, sur X, confirmant une information du journal Le Parisien.

"Un grand coup est porté aujourd'hui au narcobanditisme grâce à notre coopération avec les autorités marocaines, que je remercie", a ajouté le ministre.

Le procureur de la République de Marseille, Nicolas Bessone, a confirmé à l'AFP l'arrestation à Casablanca (ouest du Maroc) de Félix Bingui, 33 ans.

Il faisait l'objet d'un mandat d'arrêt d'un juge d'instruction marseillais pour "importation de stupéfiants en bande organisée, transport, détention, acquisition, cession de stupéfiants, association de malfaiteurs (...) blanchiment et non justification de ressources", a précisé le parquet dans un communiqué.

Un policier de la 14e Brigade BST recherche de la drogue dans un point de deal de la cité des Rosiers, dans les quartiers nord de Marseille, le 1er décembre 2023

Un policier de la 14e Brigade BST recherche de la drogue dans un point de deal de la cité des Rosiers, dans les quartiers nord de Marseille, le 1er décembre 2023

Nicolas TUCAT - AFP/Archives

"Cette arrestation est le fruit d'une remarquable coopération des autorités marocaines qui ont procédé à son interpellation et au travail minutieux et sans relâche de l'Office français antistupéfiants, de la brigade des fugitifs de l'Office central de lutte contre le crime organisée et de la police judiciaire de Marseille", poursuit le parquet.

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) du Maroc a, de son côté, indiqué dans un communiqué cité par l'agence de presse marocaine MAP qu'un "ressortissant français faisant l’objet d'un mandat d'arrêt international émis par les autorités françaises pour des affaires liées à la constitution de réseaux criminels s'activant dans le trafic international de drogues" avait été interpellé après une opération "visant à repérer et localiser tous les endroits où le prévenu pouvait trouver refuge dans plusieurs villes marocaines".

"Le suspect a été placé en garde à vue avant d'être présenté samedi matin devant le parquet compétent à Casablanca, dans le cadre de la procédure d'extradition", selon le communiqué, qui n'indique pas combien de temps pourrait durer cette procédure.

Une guerre de territoire pour le contrôle des juteux points de deal --jusqu'à 80.000 euros de chiffre d'affaires quotidien pour certains-- entre le clan Yoda et un groupe rival baptisé "DZ Mafia" a ensanglanté Marseille, notamment l'an dernier.

- 49 morts -

Avec 49 personnes tuées, dont quatre victimes collatérales, et 123 blessées, dans les violences liées au trafic de drogue, 2023 fut l'année la plus meurtrière à Marseille.

Un policier se tient à côté d'un mur indiquant le prix des droguesdans un point de vente de la cité Maison-Blanche, dans les quartiers nord de Marseille, le 1er décembre 2023

Un policier se tient à côté d'un mur indiquant le prix des droguesdans un point de vente de la cité Maison-Blanche, dans les quartiers nord de Marseille, le 1er décembre 2023

Nicolas TUCAT - AFP/Archives

Quelque 35 de ces "narchomicides" étaient directement liés à ces rivalités entre deux clans, avait indiqué en janvier Pascal Bonnet, adjoint à la police judiciaire dans le sud de la France.

Les principaux magistrats de Marseille avaient d'ailleurs lancé un cri d'alarme plus tôt dans la semaine, devant la commission sénatoriale d'enquête dédiée à la lutte contre le trafic de drogues.

"Le narcobanditisme agit à Marseille comme une sorte de gangrène qui abime le tissu social", avait lancé le président du tribunal judiciaire de Marseille, Olivier Leurent, notant une guerre "asymétrique" entre l'Etat et ces clans puissants et appelant à un "plan Marshall pour combattre cette criminalité.

Bingui, selon une source proche de l'enquête, est né dans le Gard mais a fait toute sa "carrière" dans le trafic à Marseille. Il effectuait régulièrement des allers-retours avec le Maroc jusqu'au déclenchement en février 2023 de "la guerre" avec le gang rival de la DZ Mafia, moment à partir duquel il n'avait plus quitté ce pays du Maghreb.

De la drogue saisie par la police dans les quartiers nord de Marseille, le 11 décembre 2023

De la drogue saisie par la police dans les quartiers nord de Marseille, le 11 décembre 2023

Nicolas TUCAT - AFP/Archives

Le clan Yoda a été baptisé en raison de peintures murales représentant le personnage de la série cinématographique Star Wars désignant certains de ses points de deal dans des cités de Marseille. DZ Mafia renvoie au domaine national pour l'Algérie dans les adresses internet.

Avec l’arrestation de Bingui, 19 "individus très recherchés" pour leur rôle important dans le trafic de drogue à Marseille ont été interpellés dont certains à l’étranger, selon des chiffres de la préfecture de police des Bouches-du-Rhône.

Une autre figure du narcobanditisme marseillais, Karim Harrat dit "Rantanplan", recherché pour une série d'homicides en bande organisée, a ainsi été extradé du Maroc vers la France début 2023.

Par Stéphane ORJOLLET avec Sylvie MALIGORNE à Paris / Marseille (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
08H
05H
23H
20H
19H
18H
17H
16H
14H
12H
Revenir
au direct

À Suivre
/