"La stratégie de Renaud Muselier a fonctionné, n'en déplaise à l'apparatchik parisien !"

En PACA, une triangulaire s'annonce pour le deuxième tour des élections régionales, où le Rassemblement national arrive de justesse en tête avec 35,5% des voix, talonné par le président sortant LR Renaud Muselier à 33% et 15% pour la liste d’union de gauche de Jean-Laurent Felizia qui se maintient. Lionel Maillet de Sud Radio était chez les Républicains à Marseille dimanche 20 juin.

Renaud Muselier est arrivé en deuxième position en PACA au premier tour des régionales. © AFP

Reportage à Marseille de Lionel Maillet pour Sud Radio

 

"La stratégie de Renaud Muselier a fonctionné, n'en déplaise à l'apparatchik parisien !"

Beaucoup de soulagement et un accueil triomphal pour Renaud Muselier, le président sortant en 2ème position, mais contre toute attente au coude à coude avec le Rassemblement national. "C'est porteur d'espoir !, estime une militante, les sondages se sont beaucoup trompés. Le score de Renaud Muselier est supérieur à ceux annoncés, il a su rassembler, c'est une stratégie qui a fonctionné, n'en déplaise à l'apparatchik parisien !"

Mais pour une autre militante, "le jeu n'est pas terminé, loin s'en faut ! On l'a vu en 2015, on avait 14 points d'avance, on a gagné, mais là il ne faut pas non plus s'emballer. Il faut que les gens soient conscients de ce qui peut arriver".

 

"Il ne faut pas que Jean-Laurent Felizia ait son nom dans les livres d'histoire comme celui qui a fait passer le Rassemblement national !"

Sans le nommer, Renaud Muselier appelle clairement à former un Front Républicain : "j'appelle chacun à prendre ses responsabilités face à l'extrême droite, a-t-il déclaré le soir du premier tour. Je mesure bien ce que représente pour beaucoup ce rassemblement, le dépassement des clivages, le renoncement aux préférences personnelles et politiques".

À gauche, malgré les injonctions de Yannick Jadot et d’Olivier Faure, Jean-Laurent Felizia veut maintenir sa liste. Impensable pour les colistiers de Renaud Muselier : "Jean-Laurent Felizia est un garçon sérieux, réfléchi, il ne faut pas qu'il ait son nom dans les livres d'histoire comme celui qui a fait passer le Rassemblement national ! Quand on a deux candidats qui sont au coude à coude, il faut faire le choix et le bon ! Aux électeurs de gauche, on leur dit 'venez avec nous !'".

L’autre camp qu’il va falloir falloir convaincre, ce sont les abstentionnistes, 66% en PACA.

Sur le même sujet:

Déception et "appel au sursaut" au siège du RN, après le premier tour

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !