La Métropole Aix-Marseille au péril des intempéries

Situation ubuesque dans la région marseillaise. Alors que le gros des pluies est attendu sur la Provence aujourd’hui voilà qui fait bondir : des travaux pour sécuriser des cours d’eau mettent des années alors qu’ils pourraient être faits en quelques mois…

Thumbnail

Depuis que les communes n’ont plus la compétence de gérer le réseau pluvial, les délais s’éternisent. La métropole Aix-Marseille-Provence, qui en a récupéré la gestion, ne s’en sort pas.

 

Une aberration dûe à une loi de 2018

"Pour faire un simple passage piéton sur un ruisseau, le maire de Trets est obligé de s’en remettre à la Métropole Aix Marseille Provence, et c’est bien  là tout le problème", explique Jean-Claude Féraud, édile de la commune. Une aberration dénoncée par le président de l’union des maires des Bouches du Rhône, Georges Cristiani : "Des enfants vont à l’école à pied, et c’est excessivement dangereux puisqu’il n’y a pas de passage piétons. Ce que nous pourrions faire en l’espace de trois mois en gestion communale sera beaucoup plus long et difficile parce qu’il faudra passer par la métropole. En gros, il y en a pour un an et demi à deux ans."

Cette aberration est en fait due à une loi de 2018, qui impose à la métropole de gérer l’entretien des cours d’eau de 92 communes. Débordée, elle n’arrive pas à faire face. Georges Cristiani préside l’ordre des maires des Bouches-du-Rhône : "Cette loi est très mal faite. Et en ce moment, avec ces pluies, ce n’est pas bon du tout d’être obligé à une sous-traitance du pluvial, alors que nous savons le faire depuis longtemps."

Pas assez d'argent en cas de souci ?

"Il faut laisser aux communes leurs compétences pour organiser cela, insiste Georges Cristiani. On ne doit pas perdre notre temps en procédure administrative. Changeons cette loi inutile et totalement aberrante !"

Mais la vérité est que la métropole  Aix-Marseille-Provence n’aurait en fait pas assez d’argent, confie une collaboratrice d’une mairie près d’Aix-en-Provence. En cas d’imprévu, comme des inondations, il n’y aurait pas le  budget nécessaire pour faire les réparations : "Une tuile, un gros problème, et qui paie ? Ce n’est pas prévu par les textes de la métropole." Autant dire qu’aujourd’hui, ces élus de proximité vont scruter le ciel en croisant les doigts.

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !