Quand la commission européenne voulait interdire les mots Noël, homosexuel ou citoyen

La commissaire à l'égalité de la commission européenne avait expliqué vouloir interdire certains mots comme "Noël" ou "citoyen", jugés discriminants. Élisabeth Lévy ironise sur cette idée "délirante".

commission européenne

Après la promotion du Hidjab par le Conseil de l’Europe, la Commission européenne voulait bannir les mots Noël ou Marie. Une annonce qui a fait bondir Élisabeth Lévy.

"Je rassure tout le monde, c'était seulement une communication interne, la Commission européenne n’a pas encore le pouvoir de faire la police du langage". 

"Le 26 octobre dernier, la Commissaire à l’égalité, la maltaise Héléna Dalli, présentait un délirant guide de bonnes manières inclusives à l’usage des eurocrates. Pour "refléter la diversité" et lutter contre "les stéréotypes profondément ancrés dans les comportements individuels et collectifs", étaient invités à proscrire certains mots" :

  • Noël n’était pas interdit mais déconseillé car il suppose que tout le monde est chrétien. Plutôt que de dire "la période de Noël", il faut dire "la période des vacances". Dans la même veine, on doit éviter les prénoms typiques d’une religion dans les histoires : préférons Julio et Malika à Maria et John.
  • "Les deux sexes" ou "mesdames et messieurs", invisibiliserait les intersexes et les queers. Il ne faut pas non plus demander à une personne les pronoms qu’elle préfère car cela supposerait que "l’identité de genre est une préférence ce qu’elle n’est pas". Oubliez aussi "homosexuel" car il est "parfois utilisé par les militants anti-gays". 
  • "Citoyen", aussi, est excluant pour migrants et apatrides. 

"Non, ce n’était pas un canular de Noël ! Euh pardon... du solstice d’hiver". 

Finalement, ce guide de la commission européenne va être retravaillé et Noël sera sauvé 

"Heureusement, la Commission n’a pas des convictions très fermes. Mais elle a une idéologie qui, comme toujours, s’attaque au langage pour reformater le réel".

"Elle glorifie pour toutes les identités sauf l’identité européenne, appelée à se vider de tout contenu, de sa substance pour s’ouvrir à l’autre. C’est l’Europe-aéroport. Chrétien ou pas, n’importe quel citoyen, pardon, Européen, sait que son pays a une histoire, des racines, des traditions. Il doit l’oublier, car ça pourrait froisser les nouveaux arrivants. C'est l'auto-effacement qui prépare le Grand remplacement... qui n’existe pas bien sûr". 

"Enfin, elle adopte toutes les lubies woke, notamment sur les questions de genre. Le progressisme est l’idéologie officielle de l’Union Européenne. Au fait, Madame Dalli a oublié de préciser si on peut dire bourrique ou si c’est offensant pour les ânes ?" 

À lire aussi :

Pierre Valentin : "Le wokisme s’est perçu comme une négation du nazisme"