La colère d’un maire contre la nouvelle frontière France-Andorre: "on se sent spolié" de 24 hectares

Emmanuel Macron est depuis jeudi-soir en Principauté d’Andorre , dont il est le co-prince avec l’Evêque catalan de la Seu-d'Urgell, système unique datant de l’époque féodale ! Le président de la République est chez lui en Andorre, en tant que chef d'État et citoyen andorran, puisque , comme le prévoit la constitution andorranne, tous les chefs de l'Etat français reçoivent un passeport andorran avec la nationalité jusqu'à la fin de leur mandat. Au programme : visite des sept paroisses (équivalent des villes) de ce micro-Etat de 78.000 habitants, et discours ce vendredi après-midi à 16h à Andorre-la-Vieille, la capitale. L'Andorre, qui depuis cet été a gagné en superficie… Le tracé de frontière a été modifié: 24 hectares donnés aux andorrans, au détriment du village de Porta dans les Pyrénées-Orientales. Depuis le maire de décolère pas. Il demande à Emmanuel Macron d’intervenir pour récupérer ses terres riches en eau.

La borne de délimitation Andorre-France (Christine Bouillot / Sud Radio)

Reportage Sud Radio de Christine Bouillot à Porta

 

Le maire de Porta dans le Pyrenées Orientales Marius Hugon (Christine Bouillot / Sud Radio)

Marius Hugon n’en finit plus de comparer ses cartes: en orange ce qui reste en France sur sa commune. En bleu, les 24 hectares qui viennent d'être attribués à la Principauté. Le maire de Porta de ce village des Pyrénées Orientales de 124 habitants est furieux. Le bornage de la nouvelle frontière s'est fait sans lui au beau milieu de l'été:

"Nous n'avons jamais été consultés sur le tracé de la nouvelle frontière. Cela s'est fait d'Etat à Etat. Quand le traité a été signé en 2012 (sous la présidence de François Hollande), nous avions demandé, nous les maires des deux cotés, d'être présents. La Police aux Frontières nous a assuré qu'ils viendraient et nous le diraient . Et puis, le 17 juillet dernier, j'ai appris par hasard, que les bornes avaient été posées pour délimiter la nouvelle frontière. On nous parle d'erreur technique mais j'aurai aimé être là en tant que maire." 

(Christine Bouillot / Sud Radio)

L'histoire peut sembler anecdotique pour des terres et un lac situées à plus de 2000 d altitudes. Sauf que  la commune va perdre des terres riches en eau :  la source de l'Ariège est sous contrôle andorran"La source de l'Ariège est maintenant en Andorre alors qu'elle a toujours été en France et sur la commune de Porta . Le lac, lui, est coupé en deux. En plein milieu. C'est une histoire d'eau, le besoin en eau. On sait que le Pas de la Case a besoin d'eau potable. On se sent spolié. J'aurai aimé que l'Etat nous défende", explique l'élu.

Jamais les deux pays n'avaient marqué officiellement la frontière. Coté andorran, on assure que tout s'est fait dans les règles. Les habitants de la ville d'Encamp, désormais plus grande de 24 hectares ne voient pas la polémique: "Cette histoire doit se régler entre élus. C'est politique", estime José, restaurateur à Encamp en Andorre.

En attendant, le maire de Porta espère interpeller le co-prince d'Andorre c'est à dire Emmanuel Macron,  pour avoir l'usufruit de ces terres  désormais étrangères.

(Christine Bouillot / Sud Radio)