Kevin Bossuet : "il y a des élèves qui remettent en cause la Shoah, la laïcité, la guerre d’Algérie..."

Selon Kevin Bossuet, professeur d’histoire-géographie dans un collège en Seine-Saint-Denis, l’islamisme a fait son entrée dans les établissements scolaires. Mais dès qu’il essaie d’en parler, il se fait traiter de fasciste.

Selon un sondage IFOP, 40% des professeurs d'histoire-géographie s’auto-censurent. © AFP

Kevin Bossuet était l'invité de Valérie Expert et Gilles Ganzmann sur Sud Radio le 19 octobre 2020 dans "Le 10h - midi".

 

"J’espère que les gens vont prendre conscience de la montée de l’islamisme"

"C’est l’ensemble de la République qui a été touchée en plein cœur. C’est l’ensemble de notre corporation, celle des professeurs d’histoire-géographie. Mais je n’ai pas été étonné. C’était la suite logique. Depuis des années on alerte sur la monté de l’islam politique. Dans les quartiers, mais aussi au sein de l’école de la République. En 2018 il y avait une note confidentielle des Renseignements généraux qui alertait sur l’entrée de l’islam à l’école. Dans une école, à la cantine il y avait des tables réservées aux musulmans. Dans une autre école, dans le Nord, les élèves refusaient d’avoir cours dans une salle où le mobilier était rouge parce que c’est considéré comme étant haram.

Dans cette histoire, j’espère qu’il y aura quand même un point positif : j’espère que les gens vont prendre conscience de la montée de l’islamisme. Cela fait des mois que j’alerte sur cette question, je me fais traiter de fasciste, d’extrémiste. Non, je défends juste la République, cette République qui permet à chaque enfant, quelle que soit son origine sociale, son origine ethnique, de trouver sa place au sein de l’école et de la société."

"Aujourd’hui il y a un rapport consumériste à l’école"

À la question de savoir si l’éducation familiale n’avait pas pris le dessus sur l’école, Kevin Bossuet a répondu : "ça fait des années que dans l’Éducation nationale on nous parle d’école ouverte. Sauf que cette école ouverte aux parents s’est transformée en une école de la consommation. Aujourd’hui il y a un rapport consumériste à l’école : les parents veulent choisir ce qu’on doit enseigner à leurs enfants, ce que disent les professeurs. Et dès qu’ils ne sont pas contents, ils s’en réfèrent à la hiérarchie. Et ce qui est dramatique, c’est que l’enseignant n’est jamais soutenu".

Des élèves qui remettent en cause les enseignements, Kevin Bossuet en a régulièrement. "Il y a des élèves qui remettent en cause la Shoah, la laïcité, la guerre d’Algérie, la naissance du judaïsme… Mais le pire, c’est l'auto-censure des enseignants. Selon un sondage IFOP, 40% des enseignants s’auto-censurent. Ils sont même 50% lorsqu’ils sont en ZEP."

 

Cliquez ici pour retrouver l'intégralité de l’interview média en podcast.

Retrouvez l'invité média de Valérie Expert et Gilles Ganzmann du lundi au vendredi à partir de 10h00 sur Sud Radio dans "Le 10h - midi".

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez ici !