single.php

Jour J pour la prise de contrôle de Casino par Daniel Kretinsky et ses alliés

Epilogue d'un long feuilleton et premier jour d'un grand défi: le distributeur Casino, dirigé pendant 20 ans par Jean-Charles Naouri, passe mercredi entre les mains de ses repreneurs emmenés par le milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, et la nouvelle équipe aura fort à faire pour le relancer.

JOEL SAGET - AFP/Archives

Epilogue d'un long feuilleton et premier jour d'un grand défi: le distributeur Casino, dirigé pendant 20 ans par Jean-Charles Naouri, passe mercredi entre les mains de ses repreneurs emmenés par le milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, et la nouvelle équipe aura fort à faire pour le relancer.

C'était il y a presque un an, le 24 avril 2023: Daniel Kretinsky, deuxième actionnaire de Casino derrière l'inamovible Jean-Charles Naouri (via Rallye et une cascade de holdings), proposait d'injecter 750 millions d'euros pour secourir un groupe étranglé par son endettement, à condition d'en prendre le contrôle et d'écraser la plupart des créances dues.

Depuis, les épisodes furent nombreux: d'abord une bataille pour la reprise, face au trio composé par Xavier Niel, Matthieu Pigasse et Moez-Alexandre Zouari; puis la cession de toutes les activités du groupe Casino en Amérique latine et de la quasi-totalité des magasins grands formats en France; ensuite, une procédure de sauvegarde accélérée... Et finalement ce mercredi, la dilution des actionnaires actuels via des augmentations de capital qui vont permettre à Daniel Kretinsky, Marc Ladreit de Lacharrière et le fonds Attestor de prendre le contrôle de Casino.

La dette du distributeur doit être ramenée de 7,4 milliards d'euros à fin 2023 à un peu plus de 2,6 milliards d'euros, avec des échéances de remboursement allant de janvier 2027 à fin mars 2028.

- Nouveaux administrateurs -

Le nouveau conseil d'administration du distributeur, présidé par l'ancien secrétaire d'Etat macroniste Laurent Pietraszewski et incluant parmi ses membres le directeur général Philippe Palazzi et Athina Onassis - descendante du célèbre armateur grec Aristote Onassis -, s'est réuni mercredi en fin de journée.

Il a procédé à la nomination du nouveau comité exécutif du distributeur, parmi lesquels les patrons des enseignes Monoprix Guillaume Séneclauze, Casino Magali Daubinet-Salen, Franprix Vincent Doumerc, et CDiscount Thomas Métivier, restent en poste, selon la direction à l'AFP mercredi soir.

Le directeur financier David Lubek est remplacé par Angélique Cristofari, ancienne de Cora, comme l'avait révélé Challenges. Estelle Cherruau est promue directrice des ressources humaines, Alfred Hawawini, ancien de Metro comme Philippe Palazzi, est nommé directeur transformation et stratégie, et Christophe Piednoël, ancien de Lactalis, est nommé directeur communication, affaires publiques et RSE.

Le PDG depuis 2005, ancien haut-fonctionnaire et banquier d'affaires Jean-Charles Naouri "démissionnera de l'ensemble de ses fonctions avec effet immédiat" et "sans indemnité de départ", avait auparavant indiqué le groupe. Ses plans pour l'avenir ne sont pas connus. Il est administrateur de Fimalac, la holding de Marc Ladreit de Lacharrière.

Daniel Kretinsky, magnat de l'énergie qui lorgne de plus en plus sur la distribution, s'était réjoui fin février "de redonner des moyens et par-là même du souffle" à un groupe "redimensionné, réorganisé et désendetté".

- 8.600 points de vente -

La façade d'un magasin Casino à Ploubalay dans l'ouest de la France, le 5 juillet 2023

La façade d'un magasin Casino à Ploubalay dans l'ouest de la France, le 5 juillet 2023

Damien MEYER - AFP/Archives

L'activité de Casino a fondu au fil des cessions des derniers mois.

Les effectifs français du distributeur vont passer de 50.000 fin 2022 à 28.212 après cession de nombreux magasins à ses concurrents Intermarché, Auchan et Carrefour. Par ailleurs, Casino n'a quasiment plus de présence à l'international.

Au total, une fois les cessions déjà actées entièrement finalisées, le nouveau groupe pèsera environ 9 milliards d'euros de chiffre d'affaires — c'est dix fois moins que Carrefour —, dont la moitié via l'enseigne Monoprix.

Il comptera 8.634 points de vente sous enseignes Monoprix, Naturalia, Franprix, Viva, Spar ou Petit Casino.

Le groupe est très fort en Ile-de-France, surtout à Paris où il représente 54,5% de la surface de vente de la grande distribution, selon une étude de l'Atelier parisien d'urbanisme (Apur).

"C'est un groupe parisien du point de vue du chiffre d'affaires, mais du point de vue du nombre de magasins, nous sommes une entreprise très provinciale", a assuré dans un entretien à l'AFP et au Progrès diffusé mercredi soir le nouveau directeur général, Philippe Palazzi.

Il doit se rendre à Saint-Etienne jeudi avec son comité exécutif pour rencontrer les équipes de Casino, en fin de matinée.

Les repreneurs espèrent rétablir une bonne rentabilité assez vite, avec pour objectif de multiplier l'"Ebitda (excédent brut d'exploitation) ajusté après loyers" du distributeur par plus de 7 à horizon 2028.

Ils comptent y parvenir via une politique de prix "compétitifs et stables", l'expansion par la franchise ou encore une optimisation de la logistique.

Par Corentin DAUTREPPE / Paris (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
00H
23H
22H
21H
20H
19H
18H
17H
Revenir
au direct

À Suivre
/