single.php

Intempéries: recherches suspendues dans le Gard, trois morts et quatre disparus

Les recherches pour retrouver quatre disparus, dont un père et ses deux enfants, ont été suspendues dimanche à la tombée de la nuit, après que trois premières victimes des violentes intempéries qui ont balayé le Sud-Est ont été retrouvées dans le Gard.

SYLVAIN THOMAS - AFP/Archives

Les recherches pour retrouver quatre disparus, dont un père et ses deux enfants, ont été suspendues dimanche à la tombée de la nuit, après que trois premières victimes des violentes intempéries qui ont balayé le Sud-Est ont été retrouvées dans le Gard.

Plus de 300 pompiers, gendarmes et autres secouristes au total ont été mobilisés dans ce département, avec bateaux, hélicoptères, drones et chiens, à la recherche de six personnes emportées en tentant de traverser en voiture des ponts sur des cours d'eau en crue.

Mais les recherches ne peuvent se poursuivre de nuit, "car compte tenu de la situation des cours d'eau, l'intervention est extrêmement dangereuse", a indiqué à l'AFP à Dions le directeur départemental adjoint des pompiers du Gard, Thierry Carret. Le dispositif sera "remis en place (lundi) matin et recalibré en fonction de la baisse des cours d'eau", a-t-il expliqué.

D'autres équipes recherchent également un homme disparu en Ardèche voisine.

Les trois personnes toujours recherchées dans le Gard sont un père de famille et ses deux enfants, âgés de 4 et 13 ans, emportés par les flots alors qu'ils tentaient de traverser vers 23H30 un pont submersible sur le Gardon à Dions, village de 500 habitants au nord de Nîmes.

La mère de famille, âgée de 40 ans, a pu être sauvée et a été hospitalisée. La voiture a été retrouvée, vide, en aval du lieu du drame, emblématique de ceux survenus pendant cet épisode lié au passage de la tempête Monica.

Le pont submersible de Dions dans le Gard englouti sous les flots du Gardon, le 10 mars 2024

Le pont submersible de Dions dans le Gard englouti sous les flots du Gardon, le 10 mars 2024

CLEMENT MAHOUDEAU - AFP

Les trois victimes déjà retrouvées mortes dans le Gard avaient elles aussi tenté de franchir des ponts submersibles sur les rivières en crue, gonflées par les trombes d'eau qui se sont abattues samedi et dans la nuit, parfois la valeur de plus d'un mois de pluie en à peine 24 heures.

Le premier corps sans vie a été retrouvé à quelques centaines de mètres de l'endroit où une voiture, avec deux personnes de nationalité belge, a été emportée par les flots samedi vers 18H45 à Gagnières, village du nord du département. Le véhicule avait emprunté un pont alors que la route avait été fermée par la municipalité et qu'un garde champêtre avait demandé directement au conducteur de ne pas s'y engager.

Une des deux personnes à bord du véhicule avait réussi à en sortir, avant d'être récupérée par les sauveteurs après plus de deux heures accrochée à des branches. Les deux hommes résidaient à Gagnières, a indiqué la préfecture à l'AFP.

- Appel d'urgence -

Aux abords du pont submersible de Dions dans le Gard englouti sous les flots du Gardon, le 10 mars 2024March 10, 2024

Aux abords du pont submersible de Dions dans le Gard englouti sous les flots du Gardon, le 10 mars 2024March 10, 2024

CLEMENT MAHOUDEAU - AFP

A Goudargues, 1.100 habitants, dans le nord du Gard près de l'Ardèche, les sauveteurs ont retrouvé deux corps dans une voiture. Ils y menaient des recherches après un appel d'urgence reçu vers 05H00 dimanche de deux automobilistes se disant en difficulté.

Selon les premiers éléments d'enquête, cités par la préfecture du Gard, la voiture aurait été occupée par deux femmes, âgées de 47 et 50 ans, qui se rendaient en Espagne.

Dans le département voisin de l'Ardèche, un homme est également porté disparu depuis samedi dans le village de Saint Martin de Valamas, à la suite des intempéries, a indiqué la préfecture. Selon une source de la gendarmerie, il s'agit du responsable d'une centrale hydroélectrique qui était parti contrôler son installation.

Les abords d'un pont submersible sous les eaux du Gardon après des fortes pluies, le 10 mars 2024 à Dions, dans le Gard

Les abords d'un pont submersible sous les eaux du Gardon après des fortes pluies, le 10 mars 2024 à Dions, dans le Gard

CLEMENT MAHOUDEAU - AFP

"Mes pensées vont vers les victimes des intempéries et leurs familles, ainsi que vers les personnes sinistrées", a réagi dans la soirée sur X (ex-Twitter) le président Emmanuel Macron.

Appelant à la "vigilance et (la) prudence", il a souligné que "les services de l'État sont mobilisés pour porter assistance et retrouver nos disparus".

Le Gard et six autres départements avaient été placés samedi en vigilance orange par Météo-France en raison de la tempête Monica.

Le niveau orange est le troisième sur une échelle de quatre et appelle le public à être "très vigilant", en raison de "phénomènes dangereux prévus". Il est notamment recommandé d'éviter de se déplacer ou de s'approcher des cours d'eau.

Les abords d'un pont submersible sous les eaux du Gardon après des fortes pluies, le 10 mars 2024 à Dions, dans le Gard

Les abords d'un pont submersible sous les eaux du Gardon après des fortes pluies, le 10 mars 2024 à Dions, dans le Gard

CLEMENT MAHOUDEAU - AFP

Malgré la répétition des messages de précaution, "nous déplorons toujours des comportements (...) dangereux, d'abord pour les personnes qui s'exposent, dangereux également pour les personnes dont le devoir est d'aller leur porter secours", a souligné la préfecture du Gard, estimant qu'un tel épisode ne s'était pas produit dans le département depuis une dizaine d'années.

"Il est tombé des pluies diluviennes hier, c'était impressionnant, un niveau historique. Je suis restée chez moi car avec l'eau, il ne faut pas tenter le diable, ça peut être dangereux", a témoigné auprès de l'AFP Pascale Fuchs, habitante de Dions où des routes sont encore fermées.

Six départements sont toujours en vigilance orange crues (Charente-Maritime, Gironde, Puy-de-Dôme, Pyrénées-Atlantiques, Saône-et-Loire, Yonne), selon le dernier bulletin actualisé de Météo-France à 06H00 lundi. La Gironde l'est également pour "vagues-submersion".

 

Par Ysis PERCQ avec Stéphane ORJOLLET à Marseille / Dions (France) (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
09H
08H
05H
23H
20H
19H
18H
17H
16H
14H
Revenir
au direct

À Suivre
/