Intempéries dans le Var: "On s'est échappé de la maison avec un matelas gonflable"

Les violentes intempéries sur la Côte d'Azur ce week-end ont fait quatre morts, selon le dernier bilan établi dimanche, la décrue se poursuivant lentement dans les zones touchées par des pluies diluviennes et des inondations.

(Photo by Valery HACHE / AFP)

C’est une longue semaine de nettoyage qui commence pour les sinistrés.  Au Muy dans le Var, certains ont tout perdu. Reportage Sud Radio de Lionel Maillet.

 

L’eau qui est montée presque jusqu'au  plafond  a laissé place à la boue. Meubles, électroménagers, ce retraité a tout perdu. "Plus rien ! J'ai même plus de vêtements ni de chaussures, je n'ai plus rien de récupérable. Tout est saccagé. Il ne reste plus qu'à retrousser ses manches".

Partout le même spectacle de désolation dans ce quartier  à l’entrée du Muy où vivent de nombreux forains. "3,20 mètres, c'est une catastrophe. Toutes les machines: barbapapa, crêpières. On est solidaires, en famille, on va se démerder".  Ici on est habitué à voir la  rivière en contrebas sortir de son lit... Mais à ce point, et si rapidement, c’est du jamais vu explique Eddy un père de famille:

"C'est venu d'un coup, on s'est échappé de la maison avec un matelas gonflable avec des enfants dessus. J'ai récupéré trois personnes âgées sur les escaliers un peu plus loin. En moins de quatre heures, les garages étaient submergés !"

Didier n’a pas été sinistré  il est venu donner un coup de mains aux amis et peste contre les autorités: "Il y a des arbres en travers ! personne nettoie. C'est bien beau de dire qu'on va dédommager, mais l'argent ça ne règle pas tout. Il y avait nos papiers, des choses qu'on avait construit de nos mains". Le centre ville du Muy est également très touché pour la deuxième fois en moins de dix ans.

En déplacement dans les communes sinistrées comme ici au Muy, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a promis la solidarité nationale au plus vite

 

"Un don du ciel qu’on soit encore là" - Francis un retraité a tout perdu.  De l’eau jusqu'au plafond. Une maison totalement sinistrée et la vie sauve  grâce à un voisin.

 

Quatre morts

Après des heures de recherche, "les services de sécurité et secours engagés sur les inondations dans le Var ont découvert, à Tanneron, deux corps sans vie et le véhicule" d'un couple originaire de Grasse (Alpes-Maritimes) qui était porté disparu depuis samedi, a annoncé la préfecture du Var dimanche soir.

Les deux septuagénaires venaient déjeuner avec leur fils à Tanneron mais avait dû faire demi-tour samedi après-midi en raison des intempéries.

Les deux décès viennent s'ajouter à celui d'un homme retrouvé au Muy (Var). Il faisait partie d'un groupe de trois personnes secourues par trois pompiers samedi soir, selon la préfecture, mais leur embarcation avait chaviré dans les flots et un des civils était resté introuvable.

Victimes d'un "épisode méditerranéen" d'une intensité rare, les départements des Alpes-Maritimes et du Var ont été frappés par des pluies diluviennes assorties de vagues impressionnantes sur le littoral entre vendredi et dimanche et de nombreux cours d'eau ont débordé.

Toute la zone avait été placée en vigilance rouge par Météo France samedi et les sirènes avaient même retenti à Nice pour que les habitants restent chez eux. De nombreuses manifestations publiques avaient été annulées.

- "Contexte global de décrue" -

L'organisme météorologique a levé les vigilances rouge, puis orange dimanche mais des centaines de pompiers restent à pied d’œuvre pour aider les habitants touchés par les inondations.

"Nous sommes dans un contexte global de décrue (...) mais la situation est loin d'être revenue à la normale", a déclaré à l'AFP le préfet du Var, Jean-Luc Videlaine, soulignant que les dégâts risquent d'être "considérables".

"Des fonctionnaires de la préfecture travaillent déjà pour établir les dossiers de catastrophe naturelle", a-t-il ajouté.

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner se rendra dans les zones touchées dimanche après-midi pour rencontrer les habitants et les services de secours.

Le centre de Roquebrune-sur-Argens, dans le Var, est toujours accessible uniquement en bateau ou en hélicoptère en raison de la crue de l'Argens, ont constaté des journalistes de l'AFP. Dans cette ville de quelque 13.000 habitants, la rivière est montée à plus de sept mètres dans la nuit, battant le record de précédentes crues en 2011.

Des flots d'eau boueuse entourent la ville. L'eau est rentrée dans des habitations et commerces, comme dans le restaurant du Lac, a témoigné sa propriétaire.

La "faute" au vent d'Est "qui soufflait hier, ça a fait bouchon et l'Argens pouvait pas rentrer dans la mer", a estimé un des habitants, Elio Cristofoli, rencontré par l'AFP aux abords des zones inondées.

Au total, les pompiers du Var et des Alpes-Maritimes ont effectué quelque 1.700 interventions, avec le renfort des départements voisins. Ils ont procédé à de nombreux hélitreuillages dans la nuit pour sauver des personnes menacées par les flots.

Environ 4.500 foyers sont toujours privés d'électricité dans les deux départements touchés, notamment à Fréjus et Saint-Tropez (Var), selon Enedis.

Les personnes évacuées dans plusieurs communes dont Hyères devaient regagner leurs foyers progressivement dans la journée.

Le trafic routier a repris sur l'autoroute A8; en revanche, de nombreux axes secondaires sont toujours fermés en raison d'éboulements, d'inondations ou d'effondrement de chaussée.

La circulation des trains devrait elle reprendre progressivement entre Toulon et Nice vers 14H00, a-t-on appris auprès de la SNCF. Les TGV Paris-Nice qui avaient été stoppés à Marseille devraient également reprendre les trajets normaux à partir de la mi-journée.

 

Sur le même sujet:

Inondations dans le Sud-Est : un an de pluie en 40 jours !