Ils manifestent le 17 novembre : les infirmières libérales

Chaque jour, jusqu'au 17 novembre, jour de mobilisation des Gilets Jaunes, Sud Radio part à la rencontre d'une profession impactée par la hausse des carburants. Ce mardi, les infirmières libérales.

Thumbnail

Derrière le pare-brise de sa voiture noire, son gilet jaune ne passe pas inaperçu. "Moi je suis prête, le gilet jaune est déjà dans la voiture depuis plus de 10 jours. Dès le premier jour, il était sur le tableau de bord."

Son tee-shirt blanc ‘Infirmières en colère’ sur les épaules, Anne-Marie sera dans les rangs samedi, car la note est toujours plus salée.

"10 factures de carburant de 2017, d’une quarantaine d’euros pour un plein. Et là, on est passé à plus de 50 euros."

Tout en sachant qu’elle fait plusieurs pleins par semaine : "Effectivement, 15 euros de plus par plein, en un an. Comme dirait l’autre, c’est pas grand-chose. Mais 15 euros, plus 15 euros, plus 15 euros… C’est monstrueux."

Il y a deux ans, cette mère de famille pense trouver la solution en investissant 20 000 euros dans un véhicule hybride, se disant qu’elle fait une bonne action. Mais elle se demande aujourd’hui s’il est réellement adapté à son activité.

"Ma voiture hybride, dès que j’arrive à plus de 30 km/h, se met en consommation de carburant. Donc, grosso modo, je sors de chez moi le matin, à cinq heures, j’ouvre mon portail, je pars et à 20 mètres de là, je suis à plus de 30 km/h. Donc forcément, je passe en consommation."

Donc forcément, quand elle entend le gouvernement vanter les mérites de cette technologie, Anne-Marie reste sceptique : "Ça me fait rigoler parce qu’on serre de tous les côtés. On veut essayer de faire mieux pour la planète, plus économique, plus écologique. Et le prix des voitures hybrides est très cher, donc on tourne en rond..."

Pour autant, l’hybride séduit dans la profession. De nombreuses infirmières libérales se sont lancées ces dernières années.

Un reportage de Mathilde Choin pour Sud Radio.