"Il y a plein de gens qui sont contaminants mais qui ne le savent pas"

Selon Catherine Hill, épidémiologiste et ancienne cheffe de service de biostatistique et d’épidémiologie à l’Institut Gustave-Roussy de Villejuif, il faut durcir le confinement, car même des personnes ne présentant pas de symptômes sont susceptibles de contaminer d’autres personnes.

Selon Catherine Hill, les caissières de supermarché, les chauffeurs de taxi et les livreurs courent le plus grand risque de contamination au Covid-19. © AFP

Catherine Hill était l'invitée de Patrick Roger le 3 avril 2020 dans l’émission "C’est à la une" sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 8h10.

 

Covid-19 : "l’emballement se ralentit"

"Le pic de l’épidémie est certainement devant nous. Mais la bonne nouvelle, c’est que l’emballement se ralentit. Il faut savoir que le nombre de cas a doublé tous les quatre jours entre le 8 et le 17 mars. Depuis 3-4 jours, le temps de doublement est supérieur à six jours. Toujours est-il que nous sommes très, très loin de la situation où il n’y aura plus de nouveaux cas", a déclaré Catherine Hill.

"La moitié des infections sont dues à un contact avec une personne asymptomatique"

"Le confinement n’est pas suffisant, il n’est pas assez sérieux, il y a encore trop de gens qui se promènent, qui rencontrent des gens. J’ai entendu parler qu’un directeur d’EHPAD voulait faire venir des volontaires. Or, plus vous rencontrez de personnes, plus vous êtes à risque. Il faut bien comprendre qu’il y a plein de gens qui sont contaminants mais qui ne le savent pas.

Une étude récente montre que la moitié des infections sont acquises par contact avec une personne qui, en l’absence de test, se pense non infectante. Il y a plein de gens qui vont avoir des symptômes dans quelques jours qui se promènent (livreurs, chauffeurs de taxi, caissières de supermarché, bénévoles dans un EHPAD, etc.) et qui vont contaminer les autres", a poursuivi Catherine Hill.

"Tester tout le monde est la seule possibilité"

Interrogée sur l’utilité ou non des masques pour les personnes ne présentant pas de symptômes, Catherine Hill a déclaré : "les Chinois disent qu’il faut mettre des masques. Tous ces chauffeurs et livreurs n’ont pas de masques. Donc, le système n’est pas optimal. Les masques qu’on fabrique soi-même, c’est mieux que pas de masque du tout. Il faudra donc fabriquer des masques et les mettre".

S’agissant des tests de dépistage pour l’ensemble de la population, Catherine Hill a estimé : "les tests, c’est la seule solution possible. On ne peut pas lâcher tout le monde comme ça. On peut cibler les populations qu’on va tester en premier, mais je pense que tester tout le monde est la seule possibilité".

 

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !