Hakim El Karoui : "le djihadisme est la version armée de l'islamisme"

Hakim El Karoui, agrégé de géographie, ancien conseiller du Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, auteur de "Les militants du djihad" (édition Fayard), était l’invité d’André Bercoff, jeudi 18 février, sur Sud Radio dans son rendez-vous du 12h-13h, "Bercoff dans tous ses états".

Hakim El Karoui invité d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

Si, étymologiquement, le terme militant désigne celui qui se bat les armes à la main pour défendre sa cause, le djihadiste aujourd'hui peut être considéré comme tel.

 

"Le djihadisme est une idéologie"

Hakim El Karoui, auteur de "Les militants du djihad", considère en effet que la qualification de "militant" se défend car "le djihadisme est une idéologie". Pour lui, le djihadisme se définit par "une vision du monde fondée sur une représentation ultra rigoureuse de l'islam", marqué par un confrontation avec l'Occident, "contre qui on est en guerre".

C'est cette confrontation violente qui différencie le djihadisme de l'islamisme, dont il est "la version armée". Les deux idéologies sont donc "proches dans la représentation générale de ce que doit être le monde". "La grande différence c'est comment on doit y arriver", précise-t-il.

 

"Les djihadistes prennent les armes"

Karim El Karoui explique le mode opératoire de ces militants : "les djihadistes prennent les armes, rejoignent les entreprises terroristes". Une action motivée par "la volonté de prendre les armes contre un ennemi pour propager sa vision du monde, de la vie et de la mort". Pour l'ancien conseiller de Jean-Pierre Raffarin, la force de ces mouvements vient du fait qu'il n'y a pas "la barrière vitale".

L'auteur n'hésite pas à désigner le djihadisme comme "idéologie totalitaire". "On se souvient du 'Viva la muerte' des fascistes espagnols, ça donne une capacité d'action sans limite", analyse l'agrégé de géographie. Face à cette façon de voir les choses, les démocraties se retrouvent démunies, limitées par le respect "d'un certain nombre de règles de droit et de libertés". "On ne peut pas interdire tout ce que l'on veut combattre à priori", concède-t-il.

 

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

 

Retrouvez André Bercoff et ses invités du lundi au vendredi sur Sud Radio, à partir de midi. Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !