Grand débat à Rodez : "Ce n'était pas un débat, il n'y avait pas de contradiction !"

3 heures pour convaincre ou tenter de convaincre. Hier soir à Rodez, Emmanuel Macron a répondu aux Français sur la réforme des retraites. Tous les points de la réforme ont été abordés pendant ce temps. Après le décès de Jacques Chirac la semaine passée et l'attaque au couteau de ce jeudi, d'aucuns ont pensé que la venue du Président à Rodez n'aurait pas lieu. Finalement, le chef de l'État a pu tenir son rang face aux 500 lecteurs de La Dépêche du Midi. Mais qu'ont pensé les invités de ce "débat" ? Y avait-t-il vraiment "débat" ?

Le Président de la République s'adressant aux lecteurs de la Dépêche du Midi

Un reportage de Christine Bouillot à Rodez.

 

Quand beaucoup critiquent les prises de parole du Président, notamment lors du Grand débat national étalé entre décembre 2018 et ce mois d'avril, d'autres ressortent de la salle convaincus par la prestation d'Emmanuel Macron. C'est le cas de Dominique Dauga, "très satisfait de la soirée". Il ne pense pas être le seul d'ailleurs à avoir été conquis puisque, selon lui, "tout le monde a bien compris où il voulait aller et sur la méthode pour mener à bien la réforme."

"Le Président est très clair dans ses réponses et celles-ci sont abordables pour l'ensemble des citoyens" se réjouit D.Dauga

 

Tous convaincus ? Loin de là

Grégory Podzernin est ressorti déçu. Pour lui, très clairement, "ce n'était pas un débat, il n'y avait pas de contradiction. Il est venu s'expliquer autour de sa réforme. Je pense qu'il y a des organisations syndicales qui sont prêtes à débattre avec lui, il faut s'en saisir." 

Si Grégory concède une qualité d'orateur au Président, il appelle à plus de confrontation d'idées, moins de consensus.

"Il maîtrise très bien le jeu de rôle mais c'était de la communiaction, clairement !" déclare un G.Podzernin remonté