Gilets Jaunes : faut-il attendre les annonces pour se remobiliser ?

Les Gilets Jaunes se préparent pour l’acte 23, samedi. Mais ne faut-il pas attendre les annonces présidentielles pour de nouveau se mobiliser ? C’est le débat du jour avec Véronique Jacquier, dans "Info vérité" sur Sud Radio le 19 avril.
Avec pour invités :
- Jean-Marc Guyot, Gilet Jaune « constructif » ;
- Pierre Villa, Gilet Jaune et salarié d’une association d’insertion professionnelle à Montreuil ;
- Laurent Ségnis (« ségnisse »), fondateur du collectif des Gilets Bleus ;
- Michel Fize, sociologue, auteur du livre Mai 68 n'a jamais existé ! (Éditions LGO).
Info Vérité est diffusée tous les jours à 7h10 et 9h15 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Thumbnail

Le rendez-vous est fixé à Paris pour un ultimatum et une réponse à Emmanuel Macron. Problème : le Président n’a toujours pas officiellement présenté ses mesures pour conclure le Grand débat. Alors les Gilets Jaunes ne devraient-ils pas attendre avant de se mobiliser ?

Des annonces pas à la hauteur du mouvement

Pour autant, les mesures qui devaient être annoncées lundi ont fuité. "Nous connaissons la teneur du message présidentiel, confirme Véronique Jacquier. Et, malheureusement, il n’est pas à la hauteur du malaise traduit depuis cinq mois par les Gilets Jaunes. La suppression de l’ENA ? Ce n’est pas ce que demandaient les Gilets Jaunes et les Français ayant participé au Grand débat. La réindexation des petites retraites sur l’inflation ? Pourquoi la mesure ne concerne-t-elle pas toutes les retraites ? Au dessus de 2.000 euros, ce n’est pas volé quand vous avez cotisé toute votre vie. Des mesures concrètes pour améliorer le pouvoir d’achat ? Rien n'est prévu dans les annonces présidentielles si ce n’est une baisse significative de l’impôt pour les plus modestes. Bref la question du reste à vivre est toujours posée et les Gilets Jaunes n’ont que de bonnes raisons de rester mobilisés !"

Emmanuel Macron devrait s’exprimer après le long week-end de Pâques. Mais, lui remonte d’ores et déjà aux oreilles, le mécontentement sur ces premières mesures, le fait "d’être à côté de la plaque". "Sans doute va-t-il faire marche arrière sur une ou deux propositions. Et sans doute va-t-il nous réserver une surprise pour se réconcilier avec les Français…", estime Véronique Jacquier.

Macron joue sur le temps long 

Mais cela a-t-il encore un sens de manifester samedi en promettant un ultimatum ? "Les Gilets Jaunes sont divisés sur l’idée ou non de respecter un temps de recueillement demain lors de la manifestation à Paris, confie Véronique Jacquier. Mais ils sont tous d’accord pour continuer à mettre la pression sur l’exécutif." Ainsi, sur le pouvoir d’achat, Emmanuel Macron doit donc enfin opter pour une mesure forte : passer la TVA à 10% au lieu de 20% sur l’électricité payée par tous les Français. Une mesure qui coûterait 2 milliards d’euros.

Sur le plan symbolique, pourquoi ne pas supprimer les privilèges des anciens présidents de la République et des anciens ministres ? Le coût pour le contribuable est de plus de 8 millions d’euros par an. "Bref, Emmanuel Macron doit montrer qu’il a compris ce que veulent lui dire bon nombre de Français. Il a bien prévu une concertation, une conférence sociale début juillet sur le reste à vivre, notamment. Il joue encore sur le temps long. C’est peine perdue. Les Gilets Jaunes n’ont pas prévu d’être épuisés".
 
Alors, faut-il manifester ou pas ? "Il faut rester mobilisé, estime Jean-Marc Guyot, Gilet Jaune « constructif ». Pour ce qui est de manifester, je suis plutôt de ceux qui pensent qu’une manifestation ne servira pas forcément les revendications. D’abord du fait de l’événement de Notre-Dame. Beaucoup de Français ont été touchés et souhaitent se recueillir. La deuxième, c’est le week-end de Pâques. De nombreuses familles sont en vacances, partent, quittent la capitale. La manifestation risque de ne pas être très suivie. Les gens du gouvernement diront "regardez, il y a encore moins de monde". Il y aura sûrement une grande manifestation à la suite de l’annonce des mesurettes, pacifiquement. Mais les Gilets Jaunes n’ont pas vraiment de leader pour véhiculer le message du mouvement. Et le gouvernement utilise cela pour réduire sa portée et son influence".

Cliquez ici pour écouter "Info Vérité" présentée par Véronique Jacquier

Retrouvez "Info Vérité" du lundi au vendredi avec Véronique Jacquier à 7h10 et 9h15 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !