Enfants handicapés exclus de l'école: "c'est pas correct, qu'un enfant doive grandir seulement avec des adultes"

La rentrée est sur toutes les lèvres, dans tous les discours et toutes les préoccupations. Mais alors que les écoliers ainsi que 385.000 enfants en situation de handicap ont repris les bancs de l’école mardi, d’autres n’en ont pas le droit. C’est ce que dénonce L’UNA.P.E.I, la première fédération française d’associations de représentation et de défense des intérêts des personnes handicapées mentales et de leurs familles. Rencontre avec une mère qui se bat pour la scolarisation de son enfant.

Reportage Sud Radio de Grâce Leplat

 

"Pourquoi ne peut-on pas donner une possibilité à mon fils de commencer à écrire, dessiner... Apprendre?!", se désole Aurora Dominici, la mère de Giuseppe, un petit garçon de six ans, atteint de troubles autistiques et de la maladie des os de verre.

"Mon fils, il est à la maison. Il peut pas profiter de la scolarisation, s'épanouir, car apparemment aucune école ne peut l'accueillir comme tout autre enfant". Mais comme tout autre enfant, Giuseppe joue aux Lego. Il a un petit piano en plastique, et regarde Mickey à la télé… Et, comme tout autre enfant, il doit se sociabiliser.

"Il a besoin d'être stimulé par des maîtresses qui savent comment rentrer dans la tête d'un enfant. Un enfant qui a besoin de découvrir le monde, de trouver les outils pour communiquer". Aurora et son mari se battent depuis trois ans pour que Giuseppe soit scolarisé. Trois ans perdus qui ne seront jamais rattrapés, reconnait-elle avec amertume, des sanglots dans la voix:

"C'est pas correct, qu'un enfant doive grandir seulement avec des adultes"

Aujourd'hui, Ils se sentent abandonnés par l’Etat: "Maintenant, je veux qu'on nous explique pourquoi mon fils ne peut pas intégrer une école, pourquoi il doit rester à la maison, et comment il doit rester à la maison".

Pour être entendu, la famille de Giuseppe et l’association UNAPEI appellent les parents d’enfants handicapés à témoigner sur le site marentree.org.