single.php

En Normandie, bunkers et fresques de 39-45 retrouvent une seconde vie

Un bunker transformé en gîte, bar ou simplement en œuvre d'art, une fresque dans un hôtel… Longtemps laissés à l'abandon, des vestiges de la Seconde Guerre mondiale en Normandie retrouvent parfois une seconde jeunesse, relayant les témoins qui disparaissent 80 ans après le Débarquement.

Lou BENOIST - AFP

Un bunker transformé en gîte, bar ou simplement en œuvre d'art, une fresque dans un hôtel… Longtemps laissés à l'abandon, des vestiges de la Seconde Guerre mondiale en Normandie retrouvent parfois une seconde jeunesse, relayant les témoins qui disparaissent 80 ans après le Débarquement.

"Le plus important, c'est la transmission de la mémoire. On est en train de basculer de la mémoire vive avec les habitants et les vétérans qui sont en train de partir, vers une histoire qui est racontée", estime Jérémy Dubois du "Bar du 6 juin" à Sainte-Marie-du-Mont (Manche), devant lequel sont passés des milliers d'Américains débarqués le 6 juin 1944 à Utah Beach.

Le trentenaire a conscience que les fresques dans son bar sont exceptionnelles et tient à tout prix à les préserver "pour que ça reste un témoin".

Réalisées en 1945 par Marcel Gautreau, cousin des propriétaires de l'époque, elles montrent la première stèle érigée en France en l'honneur des libérateurs, des parachutistes devant le clocher si reconnaissable du village et le débarquement sur la plage.

"Ca donne un peu l'idée de ce qui s'est passé, relate Cécile Osmont, 14 ans en 1944. On a connu tout ça. En réalité, c'était pire. Tout le monde tremblait, tout le monde priait, on se demandait si une bombe n'allait pas nous tomber sur la tête. C'était l’horreur!"

Une fresque murale dans un bunker de la Seconde guerre mondiale à Sainte-Marie-du-Mont, dans la Manche, le 18 avril 2024

Une fresque murale dans un bunker de la Seconde guerre mondiale à Sainte-Marie-du-Mont, dans la Manche, le 18 avril 2024

Lou BENOIST - AFP

A deux pas du bar, dans l'ancienne kommandantur, une fondation américaine accueillant des vétérans a fait rénover des fresques allemandes: des scènes folkloriques avec cigognes et bières, des officiers ou encore une illustration de la chanson "Lili Marleen".

Les Américains, qui en ont fait leur quartier général à la Libération, tenaient à les conserver, estimant qu'ils avaient "fait assez de destructions en Europe et durant la guerre". "Nous ne voulons pas que l'histoire disparaisse", rapporte le président de The Greatest Generations Foundation, Timothy Davies.

Jusqu'à présent, 70 fresques sont recensées par la Direction régionale des affaires culturelles (Drac), principalement allemandes mais aussi américaines style "comics" ou britannique avec une carte de l'Europe de l'Ouest.

- 8.000 vestiges répertoriés -

Elles font partie des 8.000 éléments répertoriés depuis 10 ans en Basse-Normandie, y compris ceux détruits. Cette base de données sera accessible sur internet en juin.

Une pièce d'un bunker de la Seconde guerre mondiale à Sainte-Marie-du-Mont, dans la Manche, le 18 avril 2024

Une pièce d'un bunker de la Seconde guerre mondiale à Sainte-Marie-du-Mont, dans la Manche, le 18 avril 2024

Lou BENOIST - AFP

Y figurent un hangar pour missiles qui abrite aujourd'hui bateaux et habitations, une station de pompage pour arroser les aérodromes couverts de poussière transformée en résidence secondaire, tout comme un bâtiment d'urgence pour le relogement d'après-guerre à Langrune-sur-mer. Une piscine allemande est même utilisée pour un trail près de Cherbourg.

Mais le plus souvent, habitants, entreprises ou collectivités recouvrent les fresques de peinture ou de plâtre, laissent à l'abandon ces vestiges comme la maison canadienne à Brouay ou les détruisent.

Jusqu'aux années 1990, toute trace de l'occupant est facilement éradiquée: cuisines en brique, sanitaires, théâtre, garages ou autres guérites construites par les Allemands, ont été détruites.

"Ca demande une volonté de la part des propriétaires, une prise de conscience qu'une fresque, des soutes à munitions... faites par des Allemands, c'est du patrimoine. Ce n'est pas évident pour tout le monde", reconnaît Cyrille Billard, coordonnateur du recensement de ces vestiges à la Drac.

Quant aux bunkers, souvent trop chers à détruire, ils sont laissés à l'abandon. Certains sont cependant devenus un gîte, un centre nautique à Ver-sur-mer ou encore un abri pour vaches à Saint-Martin-de-Vareville.

Une fresque murale de 1945 dans un bar à Sainte-Marie-du-Mont, dans la Manche, le 18 avril 2024

Une fresque murale de 1945 dans un bar à Sainte-Marie-du-Mont, dans la Manche, le 18 avril 2024

Lou BENOIST - AFP

Les graffeurs du Cotentin (Manche) y voient un terrain de jeu artistique. Sur la plage de Biville où il n'y a eu aucun débarquement, Blesea termine une énorme tortue.

Le graffeur, qui s'amuse à peindre Dark Vador ou Dragon Ball sur les bunkers, reconnaît que "le fait de faire des peintures dessus, les gens s'arrêtent, prennent des photos".

"Ca peut être aussi l'opportunité, selon lui, de redonner une visibilité à des choses qu'avec le temps on ne voyait presque plus."

Par Alexandra LESIEUR / Sainte-Marie-du-Mont (France) (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
11H
10H
09H
08H
07H
05H
23H
Revenir
au direct

À Suivre
/