Écoles à Marseille : "On chauffe les petits oiseaux l'hiver et l'été, c'est la fournaise dès le mois de mai"

Marseille lance un grand plan de rénovation des écoles, un chantier long et coûteux. Plus d’un milliard d’euros pour redonner un coup de neuf à des établissements souvent en très mauvais état et il y a du pain sur la planche...

À Marseille, 174 établissements seraient à rénover. © AFP

Reportage de Lionel Maillet pour Sud radio

 

Benoît Payan : "Comment accepter que des enfants de 6 ou 7 ans travaillent avec 40 degrés l'été, 15 degrés l'hiver ?"

La priorité est de s’attaquer aux écoles les plus délabrées, avec un objectif de taille : 174 établissements à rénover, dont 80 d’ici la fin du mandat de Benoît Payan dans 5 ans. "La ville de Marseille va s'engager dans le plus grand chantier de son histoire depuis les années 60 se réjouit-il. C'est une nécessité : comment accepter que des enfants de 6 ou 7 ans travaillent avec 40 degrés l'été, 15 degrés l'hiver ? Des salles de classes où il pleut, des cantines scolaires inadaptées, des infirmeries où on avait des rats ?"

Pour financer ce plan écoles à 1,2 milliard d’euros, Marseille a besoin de l’aide de l’État. Il s’est engagé à participer mais le montant n’est pas encore connu. "Nous ne voulons pas faire porter uniquement sur la ville de Marseille les mauvaises années de gestion explique Benoît Payan. Les Marseillais ne peuvent pas systématiquement payer les impôts les plus chers de France, ça n'est pas possible ! C'est pour ça que l'État va faire ici, et nulle part ailleurs, cet effort inédit de plusieurs centaines de millions d'euros".

 

Écoles : "Actuellement on chauffe les petits oiseaux l'hiver et l'été, c'est la fournaise dès le mois de mai"

Marseille a aussi besoin d’une trentaine de nouvelles écoles. "Construire des écoles aux bons endroits, parce que l'ancienne municipalité répondait à une clientèle politique estime Pierre-Marie Ganozzi, l’adjoint en charge du bâti. On construisait les écoles chez ses amis, là où on votait pour la majorité en place. Nous, nous travaillons pour l'intérêt général" assure-t-il.

Pour lui, "il faut remettre à niveau notamment les écoles dans la moitié nord de la ville, qui ont été pendant très longtemps oubliées. Il va falloir également travailler sur le thermique, parce qu'actuellement on chauffe les petits oiseaux l'hiver et l'été, c'est la fournaise dès le mois de mai".

"Nous demandons à l'État d'être partenaire avec nous à moitié : nous avons un plan à 1,2 milliard, je garde bon espoir de ce que nous allons arriver à construire ensemble !"

Avec ce vaste chantier qui doit s’étaler jusqu’en 2029, la mairie espère créer 14.000 emplois et attend plus de 2 milliards de retombées pour le territoire.

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !