Dr Toubiana - "Il n'y aura pas de deuxième vague car nous avons atteint l'immunité collective"

Le docteur Laurent Toubiana, chercheur épidémiologiste à l'Inserm, critique la gestion de la crise sanitaire par la peur et l'omniprésence de chiffres récités religieusement qui varient chaque jour. Parfois même, ces indices seraient instrumentalisés selon l'anxiété qu'ils suscitent. La deuxième vague ? Elle pourrait bien ne jamais avoir lieu du fait de l'immunité collective potentiellement acquise lors du déconfinement.

Le docteur Toubiana était l'invité du Grand Matin Sud Radio, le mercredi 5 octobre, au micro de Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Comment se manifeste cette gestion par la peur ?

"Mon discours rassurant est très difficile à faire passer car les gens sont soumis à une forme de peur. Dans cette confusion généralisée, on applique bêtement le principe de précaution qui n'est autre que le contraire de l'intelligence. Le virus circule mais très peu. Nous sommes sous une avalanche de chiffres mais les chiffres au quotidien ne signifient rien. Dès qu'un indicateur ne répond plus à la charge d'anxiété, on change l'indicateur. Au début, c'était les malades sévères hospitalisés et les morts et après, on a changé avec le nombre de tests positifs."

 

Pas de surmortalité drastique par rapport aux années précédentes

"Sur les plus de 10 millions de personnes qui ont été testés, seulement 4 % sont positives. Et sur ces 4 %, il y a 95 % de gens qui ne sont pas malades. Autrement dit, il y a 99,7 % de gens qui sont ni positifs ni malades. Il y a 1 % de la population qui meurt chaque année en France. 31 000 morts du Covid sur 660 000 morts au total, ça ne représente pas une surmortalité."

 

La fameuse "deuxième vague", une utopie ?

"Dans toutes les épidémies modernes que l'on connaît - le Zika, H1N1, le Mers-Cov, le Sars -, il n'y a pas eu de deuxième vague. La théorie de la deuxième vague est possible (...) mais si à tout hasard, le virus venait à muter, il ne faudrait plus parler de Covid-19 mais d'un autre virus.

Le niveau de démarrage de la première vague en mars en termes de mortalité et hospitalisations, était le même que celui que nous avions il y a trois semaines en France. Or, le nombre global de mortalités ou d'hospitalisations avait été multiplié par 300 % en une semaine en mars. Là, cette multiplication est de l'ordre de 19 %. On ne peut donc pas parler de deuxième vague épidémique lorsqu'il faut trois à quatre mois pour atteindre le niveau, en mars, d'une seule semaine.

Pendant la période épidémique, 100 000 personnes ont été hospitalisées. Mais ça ne veut pas dire que tous les autres - les moins de 65 ans - n'ont pas été exposés au virus. Tous ceux-là ont créé une immunité collective. Et il y a une réponse éclatante à cela : pourquoi la deuxième vague n'est pas venue lors du déconfinement ? Pourtant, il y a eu la Fête de la Musique, les vacances, etc. On nous a promis l'Arlésienne mais en réalité, nous avons déjà atteint l'immunité collective depuis longtemps. Par ailleurs, il n'y a toujours pas eu de deuxième vague en Chine."

"Le confinement n'existe pas en épidémiologie, c'est une innovation. Je me suis dit qu'ils étaient devenus fous !"

"Les mesures qui sont prises le sont avec des chiffres totalement délirants. Il ressort de tout ces tests, très très peu de cas. Les courbes baissent, le nombre de tests baisse et le nombre de tests positifs aussi. Il faut regarder la dynamique d'une épidémie, pas au jour le jour. À Marseille, le taux d'incidence (nombre de positifs sur nombre de tests) baisse depuis le 13 septembre. Or, des mesures ont été mises en place bien plus tard."

 

Une régression de la médecine à l'heure du progrès ?

"Il faut protéger les personnes à risque et laisser libres tous les autres. Depuis des années, la médecine essaie d'être individualisée. Or, on impose désormais à tout le monde le pire des mesures. On est compètement à rebours de ce qu'on a pensé depuis des années."

 

Voici la première tribune du Parisien évoquée par Laurent Toubiana, et l'interface de l'Inserm qui vous permet de mesurer votre risque de contamination et de mortalité face au Covid-19.