Des ruches et un chemin des abeilles développés dans la ville d'Épernay

Abeille
AFP

7 ruches et près de 4000 abeilles avaient déjà pris place sur le toit d’un bâtiment d’Epernay dans le cadre d’une action de biodiversité. Aujourd’hui, après Oslo, Épernay est la deuxième ville au monde à mettre en place un chemin des abeilles. Ce matin, Cécile de Ménibus recevait Jonathan Rodriguez, adjoint au maire de la mairie d’Épernay en charge du développement durable et de la citoyenneté.

Depuis 2012, la ville d’Epernay n’utilise plus aucun pesticide sur ses espaces verts et depuis 2014, la mairie a installé 7 ruches sur la Maison des Arts et de la Vie associative. « Elles produisent pour les habitants et les touristes du très bon miel d’Épernay» se réjouit Jonathan Rodriguez, adjoint au maire de la mairie d’Epernay en charge du développement durable et de la citoyenneté.

Depuis quelques années, les abeilles sont en forte disparition et ont même totalement disparu sur certaines zones. En 10 ans, presque 15 000 apiculteurs ont cessé leur activité. Ce phénomène est très inquiétant en raison de l’importance écologique de l’abeille en tant que pollinisatrice. Les abeilles et les autres insectes pollinisateurs représentent, par leur action, la reproduction de plus de 80 % des espèces végétales. Elles assurent également la production de plus de trois quarts des cultures dans le monde. Pour Jonathan Rodriguez, adjoint au maire de la mairie d’Épernay en charge du développement durable et de la citoyenneté : « Les abeilles sont les sentinelles de l’environnement comme le disent les apiculteurs et entre 1985 et 2005, la population des abeilles a baissé de 25% à 30% et cela augmente »

Pour contourner ce phénomène catastrophique, la ville d’Épernay lance un défi citoyen proposant aux habitants d’accueillir une abeille chez eux. « On offre le gite et le couvert aux abeilles. Et grâce au chemin que l’on a fait, il est possible de connaître le meilleur spot pour butiner ou le meilleur restaurant mellifère de la ville » explique Jonathan Rodriguez. Le projet chemin des abeilles fait appel à la population d’Épernay. C’est une démarche collective et participative. « Les habitants qui le souhaitent, sont encouragés à planter des espèces mellifères comme de la lavande, du chèvrefeuille ou encore du myosotis par exemple dans les jardins » détaille Jonathan Rodriguez.

Un site nommé « le chemin des abeilles » permet de localiser les points d’accueil sur une carte interactive en ligne. Les participants désignent sur cette carte les plantations, les habitations et les ruches. Et ces refuges pour pollinisateurs vont ensuite former le chemin des abeilles. L’objectif de cette initiative unique en France à l’heure où ces insectes sont en grand danger est d’obtenir un référentiel. Une trentaine de pictogrammes ont été référencés et augmentent au fur et à mesure de la participation de la population.

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio