Demandeurs d'asile : "en 2019, des gens vivent dans la fange, les excréments et l'urine au milieu des rats !"

Le 16 septembre au soir, l'ensemble du gouvernement, les parlementaires de la majorité et Emmanuel Macron participaient à une réunion au sujet de l'immigration. Un an après la loi asile et immigration, rien ne semble avoir changé. Porte de la Chapelle devant une structure de premier accueil de Paris mise en place par l'association France Terre d'asile, la queue ne tarie pas. Grace Leplat de Sud Radio s'est rendue sur place.

Un an après la loi asile et immigration, rien ne semble avoir changé.

"J'ai fait une demande d'asile il y a deux ans"

Depuis une semaine, Ramatula jeune Afghan de 27 ans, s'y rend tous les jours. Il espère recevoir un courrier annonçant que sa demande d'asile est acceptée. "J'ai fait une demande d'asile il y a deux ans. Je viens ici depuis 2017. Ça fait un an que je travaille, que je paie les taxes, et  j'attends toujours" confie-t-il à Grace Leplat de Sud Radio.

Ils étaient entre 1.500 et 2.000 l'année dernière. Pour Claire, qui travaille Porte de la Chapelle depuis un an, la situation ne fait qu'empirer : "ils sont beaucoup plus présents. Peut-être qu'on les repousse un peu et qu'on a tendance à moins les voir la journée et qu'ils se fondent dans la masse, mais au final, on les voit quand même toujours passer, ils sont toujours là. Ça n'a pas évolué positivement en un an".

 

"Des gens vivent dans la fange, les excréments et l'urine au milieu des rats !"

Pierre Henry, directeur général de France Terre d'Asile, est très critique face à la politique du gouvernement : "des gens vivent dans la fange, les excréments et l'urine au milieu des rats ! Ça se passe en 2019 et c'est absolument intolérable. La loi de 2018 n'a rien réglé à cette situation, alors qu'en réalité nous avons les moyens de pouvoir faire autrement et déployer un dispositif d'accueil digne sur l'ensemble du territoire".

Un an après la loi asile et immigration, l'AME, l'aide médicale d'Etat destinée aux soins des personnes en situation irrégulière soulève des critiques.
Un débat sur l'asile et l'immigration est prévu à l'Assemblée Nationale à la fin du mois de septembre.