single.php

Décès d'un missionnaire franco-canadien accusé d'agressions sexuelles sur des Inuits

Le prêtre franco-canadien Joannes Rivoire, accusé d'agressions sexuelles sur de jeunes Inuits dans le Grand Nord canadien dans les années 1960 et 1970 et réclamé depuis des années par la justice canadienne, est mort en France, a annoncé vendredi sa congrégation.

OLIVIER CHASSIGNOLE - AFP

Le prêtre franco-canadien Joannes Rivoire, accusé d'agressions sexuelles sur de jeunes Inuits dans le Grand Nord canadien dans les années 1960 et 1970 et réclamé depuis des années par la justice canadienne, est mort en France, a annoncé vendredi sa congrégation.

Celui qui était vu, notamment au Canada, comme le symbole de l'impunité des agresseurs sexuels au sein de l'Eglise catholique, "est décédé jeudi après une longue maladie", a indiqué le père Ken Thorson des Oblats de Marie-Immaculée (OMI), dans une déclaration transmise à l'AFP.

Le nonagénaire, qui vivait près de Lyon, n'a finalement jamais été inquiété malgré de nombreuses plaintes et plusieurs demandes d'extradition du Canada.

"Nous avons conscience que cette nouvelle sera difficile, en particulier pour les survivants et leurs familles qui ont plaidé pour qu'il soit traduit en justice au Canada", a poursuivi Ken Thorson.

"Nous regrettons qu'en dépit de tous les efforts, M. Rivoire ne se soit jamais rendu disponible et qu'il n'ait jamais eu à répondre aux accusations portées contre lui", a-t-il ajouté.

Joannes Rivoire a toujours contesté les accusations.

- Excuses "jamais prononcées" -

"Je suis heureux qu'il soit parti, bon débarras", a réagi vendredi auprès de l'AFP Steve Mapsalak, qui l'accusait de l'avoir agressé sexuellement.

Ce résident du nord canadien s'était déplacé en France il y a un an et demi pour soutenir la demande d'extradition d'Ottawa. "Je lui ai rappelé dans ma propre langue les très mauvaises choses qu'il m'avait faites et je lui ai dit que je méritais des excuses, qu'il n'a jamais prononcées", a-t-il déploré.

Steve Mapsalak, à droite, lors d'une conférence de presse à Issy-les-Moulineaux, en France, le 12 septembre 2022

Steve Mapsalak, à droite, lors d'une conférence de presse à Issy-les-Moulineaux, en France, le 12 septembre 2022

Christophe ARCHAMBAULT - AFP

Le père Rivoire, qui a vécu plus de trois décennies parmi les Inuits, avait appris leur langue et pratiquait avec eux la chasse traditionnelle - caribou et phoque. Dans les villages, il enseignait le catéchisme et le français, disait la messe et officiait pour les enterrements.

Mais en 1993, il a soudainement quitté le Canada au moment où les deux premières plaintes sont déposées. Un premier mandat d'arrêt est émis par le Canada en 1998. Mais aucune suite n'est donnée et il est levé en 2017.

Toutefois en 2022, une nouvelle plainte est déposée - au Canada il n'existe pas de délai de prescription en matière de crimes sexuels - et Ottawa émet un nouveau mandat d'arrêt, donnant un nouvel espoir aux victimes.

Mais, en octobre de la même année, la France a rejeté la demande d'extradition vers le Canada, expliquant qu'il s'agissait d'un cas complexe et qu'elle n'extradait pas ses citoyens.

- "Souffrances" -

Une décision très mal comprise au Canada où Marc Miller, le ministre des Relations Couronne-Autochtones à l'époque, avait déclaré qu'il était "désolant de voir cette injustice grave se reproduire".

Pour l'organisation Inuit Tapiriit Kanatami, qui représente les Inuits canadiens, "il est tragique que Rivoire ait pu finir ses jours sans avoir à répondre devant la justice des abus sexuels qu'il a commis".

Estimant qu'il s'agit "d'un échec systémique des Etats" à défendre les peuples autochtones, l'organisation apporte son soutien aux victimes et évoque tous "les agresseurs qui continuent d'échapper à la justice."

Une manifestante lors d'un rassemblement pour demander l'extradition du père Rivoire, à Lyon, en France, le 16 janvier 2023

Une manifestante lors d'un rassemblement pour demander l'extradition du père Rivoire, à Lyon, en France, le 16 janvier 2023

OLIVIER CHASSIGNOLE - AFP

Même les procédures d'exclusion de la congrégation, engagées ces derniers mois contre le religieux, ont échoué.

Fondée en 1816, la congrégation des Oblats de Marie-Immaculée (OMI) compte 3.700 missionnaires dans le monde. Elle s'était implantée dans le Grand Nord canadien au début du XXe siècle, dans des conditions extrêmes.

A l'époque, elle y construit des hôpitaux et gère des pensionnats pour des enfants autochtones, qui y vivront parfois "abus", "douleur et souffrance", comme l'ont reconnu les oblats avant le "pèlerinage pénitentiel" du pape François au Canada en août 2022.

Le pontife demandera lui-même pardon aux victimes, pour les violences perpétrées dans les pensionnats locaux où entre 4.000 et 6.000 enfants sont morts de maladie, de malnutrition ou de négligence.

Par Geneviève NORMAND / Montréal (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
11H
10H
09H
08H
07H
06H
04H
02H
23H
Revenir
au direct

À Suivre
/