Coronavirus - Gens du voyage et Rom : "Certains ont perdu 95% de leurs revenus et n'ont plus accès à l'eau et l'électricité"

Difficile de vivre le confinement pour toutes les personnes qui ne sont pas sédentaires. En particulier pour les gens du voyage et les Roms. Les gestes barrière sont difficiles à appliquer en collectif. Après plus de deux semaines de confinement, ces communautés rencontrent d'importantes difficultés sanitaires et alimentaires.

Bidonville de la communauté Rom au nord de Montpellier

Un reportage de Clément Bargain :

 

Le confinement est particulièrement difficile à vivre pour la communauté des gens du voyage. "Un confinement dans une caravane c'est pas du tout la même chose que dans un appartement ou une maison" explique Willian Acker est voyageur. La plupart des voyageurs sont des artisans indépendants et la perte brutale de revenus rend difficile le paiement de l'électricité et de l'eau. Sur certains terrains, la situation est catastrophique

"Aux Arc sur Argens, 15 familles n'ont plus d'eau depuis 10 jours."

Des conditions de vie précaires auxquelles est également confrontée la communauté Rom... Clémentine Sinquin, déléguée générale du collectif Romeurope, observe une "très grande peur du coronavirus" dans les bidonvilles. En conséquence, certains Roms "s'alimentent beaucoup moins et ont des problèmes d'eau".

 

"Des personnes ont perdu 95% de leurs revenus à cause de l'arrêt de la mendicité et des activités comme le glanage, la revente aux marchés..." explique Clémentine Sinquin.

"On s'inquiète de la grande précarité des familles, de leur accès à l'eau et aussi de leur situation sanitaire"

Partout en France, les association s'organisent pour apporter une aide sanitaire et alimentaire.

 

Grace Leplat avec Clément Bargain.