single.php

Comment ça pas de neige ? En Lorraine, on skie en salle

Casques, combinaisons, skis à la main: petits et grands passent un portique pour valider leur forfait puis marchent vers une piste de ski hors du commun... située dans un hangar d'Amnéville (Moselle) et éclairée par des spots.

Jean-Christophe VERHAEGEN - AFP

Casques, combinaisons, skis à la main: petits et grands passent un portique pour valider leur forfait puis marchent vers une piste de ski hors du commun... située dans un hangar d'Amnéville (Moselle) et éclairée par des spots.

Loin des paysages de montagne, une centaine de skieurs apprennent ou perfectionnent leur technique, en pleines vacances scolaires, entre deux pistes intérieures, alors que les stations voisines des Vosges, touchées par le manque de neige, sont pour la plupart à l'arrêt.

"Quel que soit son niveau, on peut skier et profiter" sur la plus grande piste de ski indoor d'Europe (620 mètres de long, entre 15 et 18% de pente), sourit Christophe Lux, 57 ans, venu avec sa fille.

Il s'agit de la seule piste de ski en intérieur en France. "On est conscients qu'au niveau écologique, l'endroit n'est pas parfait", relève toutefois Emmanuelle, qui a requis l'anonymat.

Ses trois enfants y ont passé quatre jours en stage pour obtenir leur étoile.

De jeunes skieurs prennent des remontées mécaniques au SnowWorld d'Amnéville, en Moselle, le 7 mars 2024

De jeunes skieurs prennent des remontées mécaniques au SnowWorld d'Amnéville, en Moselle, le 7 mars 2024

Jean-Christophe VERHAEGEN - AFP

Mareva Thomes, éducatrice spécialisée de 24 ans, avait organisé un séjour avec des enfants dans le Jura, espérant pouvoir skier dans la station de Métabief, ce qui n'a pas été possible faute de neige.

Ils sont donc rentrés une journée plus tôt pour en profiter... à l'intérieur.

Baptisé "SnowWorld", du nom du groupe néerlandais qui a repris l'exploitation du site en 2021, cet espace a été construit en 2005 à Amnéville, commune de 10.000 habitants ayant développé une "Cité des loisirs" qui reçoit chaque année quelque six millions de visiteurs.

- Saison "compliquée" en montagne -

Critiqué en raison de l'immense système de climatisation permettant de maintenir toute l'année la température à -5°C, l'exploitant envisage la récupération de chaleur, le pilotage des installations ou encore l'installation de panneaux solaires pour réduire sa consommation énergétique, souligne Vincent Claverie, son directeur général.

Vincent Claverie, directeur du SnowWorld, la plus longue piste de ski indoor en France, le 7 mars 2024 à Amnéville, en Moselle

Vincent Claverie, directeur du SnowWorld, la plus longue piste de ski indoor en France, le 7 mars 2024 à Amnéville, en Moselle

Jean-Christophe VERHAEGEN - AFP

En 2022, quelques manifestants d'Europe écologie Les Verts Lorraine s'étaient déguisés en ours polaires devant le SnowWorld, dénonçant une "aberration écologique, énergétique et économique".

"Plus de 30% du domaine skiable en France est composé de neige artificielle", rappelle M. Claverie, précisant que le SnowWorld dispose d'un seul canon à neige, contre "des centaines" dans certaines stations de moyenne montagne.

"Aujourd'hui, dans le monde du loisir, nous consommons beaucoup de choses artificielles", relève-t-il, citant les piscines municipales. "Rien ne nous empêche de nager dans les fleuves (...) et pour autant nous allons nager dans de l'eau purement artificielle et réchauffée".

En 2023, 70.000 personnes ont skié au SnowWorld.

Les deux principales stations de ski des Vosges, en moyenne montagne (entre 900 et 1.200 mètres d'altitude), ont elles connu une saison compliquée.

Des skieurs sur une piste indoor du SnowWorld, le 7 mars 2024 à Amnéville, en Moselle

Des skieurs sur une piste indoor du SnowWorld, le 7 mars 2024 à Amnéville, en Moselle

Jean-Christophe VERHAEGEN - AFP

Celle de Gérardmer a fermé ses portes la semaine dernière, en plein milieu des vacances scolaires en Lorraine et en Alsace.

A La Bresse, seules deux pistes sur 33 sont ouvertes jusqu'à la fermeture du domaine, samedi.

Au maximum, 11 pistes ont été ouvertes cet hiver, a indiqué à l'AFP Yasmine List, responsable marketing à l'office du tourisme.

Cette saison a été "plus compliquée" que d'autres, a-t-elle souligné, en raison d'un faible enneigement mais aussi d'une "météo capricieuse" avec beaucoup de pluie.

Des visiteurs entrent au SnowWorld pour skier, le 7 mars 2024 à Amnéville, en Moselle

Des visiteurs entrent au SnowWorld pour skier, le 7 mars 2024 à Amnéville, en Moselle

Jean-Christophe VERHAEGEN - AFP

Cela a eu un impact sur les réservations des touristes, franciliens et de proximité: 65% de taux d'occupation en février à La Bresse, en recul de 10 points sur un an.

A Gérardmer, certains établissements hôteliers "ont tourné à 50% par rapport à l'an dernier", indique l'Office du tourisme. Les cours de ski ont aussi accusé 25% d'annulations cette semaine.

- Du monde en intérieur -

Au SnowWorld en revanche, "on remarque que la fréquentation est un peu plus importante" face aux difficultés dans les Vosges, note Julien Pages, directeur de l'Ecole de ski français d'Amnéville. Les cours sont "toujours pleins, avec une demande constante" de novembre à mars.

Un moniteur donne un cours de ski au SnowWorld d'Amnéville, le 7 mars 2024 en Moselle

Un moniteur donne un cours de ski au SnowWorld d'Amnéville, le 7 mars 2024 en Moselle

Jean-Christophe VERHAEGEN - AFP

Des moniteurs sont d'ailleurs venus en renfort depuis des stations fermées, "une solution de secours" pour eux, qui convient à tout le monde, selon M. Pages.

Outre les débutants, l'an dernier, 15.000 athlètes se sont également entraînés, notamment en été, sur la piste indoor.

Pendant les vacances de Noël, les températures ont été "très douces" dans les Vosges, relève auprès de l'AFP Cédric Hertzog, de Météo France Nord-est.

Une "exceptionnelle douceur" a été enregistrée du 22 janvier au 22 février, et les valeurs "nettement moins douces" la dernière semaine de février n'ont pas sauvé la saison. En matière de neige, "il n'y a pas eu grand chose cet hiver", résume-t-il.

L'hiver 2023-2024 aura été "parmi les plus chauds depuis 1947", selon M. Hertzog. Et le mois dernier a d'ailleurs été le février le plus chaud jamais enregistré dans le monde, selon l'observatoire européen Copernicus.

Par Marine LEDOUX / Amnéville (France) (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
13H
12H
11H
09H
08H
07H
00H
Revenir
au direct

À Suivre
/