Christophe Bourseiller : "On dit n'importe quoi sur l'ultra-gauche"

Christophe Bourseiller, journaliste, écrivain, acteur de cinéma et de théâtre, auteur de « Nouvelle histoire de l'ultra-gauche » (éditions du Cerf) était l’invité d’André Bercoff, mercredi 13 janvier, sur Sud Radio dans son rendez-vous du 12h-13h, "Bercoff dans tous ses états".

Christophe Bourseiller invité d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

Le terme "d'ultra-gauche" est aujourd'hui utilisé à tort et à travers pour désigner les casseurs ou les extrémistes de gauche, comme pour dissocier de la gauche traditionnelle. Pour autant, Christophe Bourseiller décrypte cette mouvance et pointe des différences de fond entre la gauche, l'extrême-gauche et l'ultra-gauche, voire même les anarchistes. "C'est deux choses différentes, l'ultra-gauche est un très vieux courant, spécifique qui s'intègre à l'extrême gauche", introduit le professeur à l'Institut d'études politiques de Paris.

Que l'organisation du prolétariat soit "autoritaire à la base"

Ce qui caractérise l'ultra-gauche, c'est son côté antiautoritaire. "Ils sont contre toute forme d'autorité, alors que l'extrême-gauche classique est autoritaire, ils veulent prendre le pouvoir pour installer le Parti communiste et la dictature du prolétariat", décrypte le journaliste. Du côté de l'ultra-gauche au contraire, "il faut vraiment parvenir au communisme, perçu comme l'abolition du salariat mais faut que l'organisation du prolétariat soit antiautoritaire à la base", précise Christophe Bourseiller.

L'ultra-gauche prend son essence en 1920, lorsque Lénine qui vient de fonder la Russie soviétique sort un opuscule pour répondre à ceux qui l'accusent de transformer la Russie en dictature. Un livre nommé "La maladie infantile des communistes : le gauchisme"le dirigeant de l'URSS désigne son ennemi : "l'ultra-gauche". "C'est l'acte fondateur de ce courant", souligne l'enseignant.

"Ils espèrent donner l'exemple aux prolétaires"

Des militants de l'ultra-gauche qui se considèrent sans étiquette mais qui "incarnent une espèce de serpent de mer, du XXe siècle à aujourd'hui, de gens qui refusent ce monde". Christophe Bourseiller pointe "une forme d'utopie". "Quand ils détruisent une banque, ils espèrent donner l'exemple aux prolétaires qui vont ensuite détruire des banques spontanément, s'emparer de l'Elysée spontanément et vont spontanément s'organiser en conseils d'ouvrier", note le journaliste.

Malgré les apparences, l'ultra-gauche se démarque des anarchistes. "Au départ ce sont des marxistes et les casseurs d'aujourd'hui sont les héritiers d'une très riche histoire", souligne l'écrivain qui dénote une particularité : "ce sont des marxistes qui vont entamer un travail de réflexion critique qui vont les amener à rejeter le marxisme et dépasser le marxisme pour chercher des formes nouvelles". Un dépassement de la politique, jusqu'à la culture et l'art et "jusqu'à une réflexion sur la vie quotidienne et une étude de la société moderne".

 

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez André Bercoff et ses invités du lundi au vendredi sur Sud Radio, à partir de midi. Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !