Canicule : "Vous n'avez qu'à commencer plus tôt"

(image d'illustration)
(image d'illustration) Ralph Freso / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

En cette période de canicule où rien n'est évident pour personne, cela l'est encore moins pour les ouvriers et artisans travaillant en extérieur. Patrick Liebus, Président de la Capeb, était sur Sud Radio pour en parler. 

Dix-huit départements sont pour l’heure toujours en vigilance canicule. Un climat étouffant, un mercure qui avoisine les 38 degrés dans certaines régions, des alertes pollutions dans d’autres… En clair, la France a chaud, très chaud. Une situation peu agréable pour tout le monde mais qui peut surtout s’avérer très compliqué pour certaines personnes, notamment les jeunes enfants, les personnes âgées ou encore ceux et celles travaillant en extérieur.

Pour ces derniers, bosser d’arrache-pied sous un soleil de plomb relève de l’exploit. "La chaleur augmente le risque d’accident, elle joue sur la vigilance" explique Patrick Liebus, Président de la Capeb, confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment. Pour tenter d’éviter ces risques, il faut donc s’adapter, ce qui peut parfois s’avérer compliqué poursuit Patrick Liebus : "Tout le monde nous dit ‘vous n’avez qu’à commencer plus tôt, il fait moins chaud à 6 heures du matin’… Sauf que nous travaillons en majorité chez des particuliers qui refusent catégoriquement que l’on arrive à cette heure-là".

Alors pas le choix, il faut continuer aux mêmes horaires et s’adapter autrement : "Selon la loi, si un salarié se retrouve dans un quelconque risque que ce soit chaleur ou autres, c’est le chef d’entreprise qui est responsable et doit prendre des mesures. Il doit par exemple fournir de l’eau et des équipements pour protéger le salarié du soleil" précise le Président de la Capeb. Il ajoute que les premiers touchés par la chaleur sont les couvreurs, suivi des charpentiers, des maçons, des façadiers, pour finir sur les paysagistes.

Pressé par des contraintes de temps, notamment en cette période de vacances scolaires où beaucoup d’écoles sont en rénovation et doivent être finies à la rentrée, nul autre choix que de finir les chantiers qu’importe les conditions climatiques. Mais en période de canicule, Patrick Liebus tient à rappeler quelques règles élémentaires pour les ouvriers et artisans : "Il faut se protéger les yeux, c’est prioritaire. La tête et la nuque également. Il ne faut pas porter de shorts ou être torse nu au contraire, il faut être couvert avec des vêtements légers et clairs qui n’attirent pas la chaleur".

>>>> Réécoutez l'interview de Patrick Liebus 

 

Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

Michel Ange
- Lundi 30 juillet 2018 à 11:49
Nos médias découvrent qu'en juillet il fait trop chaud, mais quelle évidence !!!!Moi je dis qu'en janvier il fait froid, comme dirait lapalissade. Tout cela pour nous dire implicitement que la terre se réchauffe, vaste escroquerie mondiale. Un exemple en 1920 en U.R.S.S. s'est produite une épidémie de malaria qui se situe dans des latitudes très chaudes en règle générale. Annibal en 250 avant J.C.
comment a t-il fait pour traverser les alpes avec ses éléphants ? Actuellement il ne le pourrait pas, car le chemin emprunté par le Carthaginois est recouvert de glace à ce jour. De plus en l'an mille ont cultivé de la vigne dans les îles britanniques.................................

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio