single.php

Boutiques rouvertes : "c’est la revanche des petits commerces sur Amazon et Uber"

Les boutiques de vêtements ont rouvert il y a dix jours ; comment se passe la reprise ? Olivier Deleuse, vice-président de la Fédération nationale de l’habillement pour la région Sud, propriétaire du magasin de vêtements pour homme Duncan, dans le centre-ville de Nice, était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 31 mai. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

commerce centre ville
Le secteur de l'habillement a fortement souffert pendant ces confinements à répétition. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

"Tout le monde a eu envie de renouer avec la vraie vie"

Maintenant qu’elles ont rouvert, y a-t-il beaucoup de monde dans les boutiques ? "Il y a un véritable engouement sur cette reprise, et je crois qu’elle est différente de celle de l’année dernière, lors du premier déconfinement, estime Olivier Deleuse, vice-président de la Fédération nationale de l’habillement pour la région Sud. Après la lassitude et le découragement, tout le monde a eu envie de renouer avec la vraie vie. De retrouver les terrasses, les vitrines, les boutiques."

"On a senti que les clients avaient la banane, ils nous avaient beaucoup manqué. Nous avons été très heureux de les retrouver et manifestement, eux aussi étaient très heureux de nous retrouver." Quid des stocks à écouler pour les boutiques de vêtements ? "Fatalement, puisque les stocks se sont accumulés au gré des fermetures administratives. Nous ne pouvions pas rouvrir le 19 mai avec des pulls et des manteaux. Il nous a donc fallu faire rentrer une collection de printemps, alors même que nous étions fermés. C’est une difficulté, alors que nous avons les soldes le mois prochain."

"Il y a ce besoin de contact"

Les soldes reportés cette année au 30 juin, est-ce une bonne date ? "La position de la Fédération nationale de l’habillement est qu’il faut renouer avec le cycle naturel des saisons, juge Olivier Deleuse. Il serait normal de solder l’été à la fin de l’été, et l’hiver à la fin de l’hiver." Comparé aux grandes enseignes qui ont a priori les reins plus solides, comment ce propriétaire du magasin de vêtements pour homme Duncan, dans le centre-ville de Nice, a-t-il vécu cette période de fermeture ? "On a une faculté de résilience quand on est commerçant indépendant."

"Ce sont les efforts que l’on doit et sait faire pour s’adapter à ces mutations profondes du commerce qui s’annonce. Mais je pense que ce peut être la revanche des petits commerces sur Amazon et Uber, souligne Olivier Deleuse. Nous avons encore notre mot à dire dans les centres-villes. Au-delà du besoin de vêtement, il y a ce besoin de contact. C’est là la dimension humaine de nos activités."

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !

 

L'info en continu
13H
12H
11H
10H
09H
08H
Revenir
au direct

À Suivre
/