Aux Invalides, Emmanuel Macron annonce l’entrée de Simone Veil au Panthéon

Lors de l’hommage national rendu ce mercredi aux Invalides, Emmanuel Macron a indiqué que Simone Veil reposerait au Panthéon.

Thumbnail

Ce mercredi, la France rend un dernier hommage national à Simone Veil, décédée ce vendredi. La dépouille de la rescapée de la Shoah, ancienne ministre de la Santé et inlassable protectrice des droits des femmes était en effet aux Invalides, où ses proches et un grand nombre de personnalités politiques étaient réunis pour évoquer la mémoire de celle qui fut également la toute première présidente du Parlement européen.

Simone Veil et son mari feront leur entrée au Panthéon

Au cours d’un long discours, le président de la République Emmanuel Macron a notamment annoncé que Simone Veil entrera prochainement au Panthéon, accédant ainsi à la demande de plusieurs dizaines de milliers de Français qui s’étaient manifestés en ce sens ces derniers jours. "Au moment où vous nous quittez, je vous prie, Madame, de recevoir l’immense remerciement du peuple français à l’un de ses enfants tant aimés, dont l’exemple, lui, ne nous quittera jamais. C’est pourquoi j’ai décidé, en accord avec sa famille, que Simone Veil reposerait avec son époux au Panthéon", a-t-il déclaré.

"Les combats de Simone Veil ne sont pas des victoires acquises pour toujours. Ce qui les a fait naître ressurgit sans cesse, ici ou ailleurs. Aujourd’hui, malheureusement dans trop d’endroits en Europe et au cœur de nos sociétés, intolérance, sectarisme, haine fanatique ou doctrinaire, extrémismes avançant sous le masque d’un populisme débonnaire, compromissions de toute sorte avec ce qui piétine notre humanité, restent des braises ardentes prêtes à rallumer les pires embrasements", a-t-il également mis en garde.

L’hommage de ses deux fils

Les deux fils de Simone Veil ont également, anecdotes personnelles à l’appui, rendu hommage à leur défunte mère. "Chacun de nous a pu constater la rapidité avec laquelle l’extraordinaire regard qui était le tien, et que Papa aimait tant, pouvait passer de la bienveillance à la fureur, puis de la colère à l’affection la plus douce. Tu admettais parfois que tu étais soupe au lait. Aujourd’hui, je veux te dire que je te pardonne d’avoir renversé sur ma tête, alors que nous étions à table, l’eau de la carafe sous prétexte que j’aurais tenu des propos que tu trouvais misogynes. Je t’aime, maman", a ainsi déclaré son fils Jean Veil.